AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien accepter

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 713
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 29/08/2011
→ AVATAR : g. ULLIEL
→ CREDITS : lovely kitty.
→ LOCALISATION : la tour de l'horloge.


DOLLHOUSE
Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère:
Inventaire: cartes rasoirs.

MessageSujet: (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone   Lun 4 Juin - 19:18




Raphaël Nemo Angellier

« Mon expérience, Johnny, m'a prouvé que quatre-vingt-quinze pour cent des gens étaient des larves, un pour cent des saints, un pour cent des salopards. Les trois pour cent qui restent sont des gens qui font de leur mieux. »


ÂGE: 27 ans. DATE DE NAISSANCE: 13 Novembre. LIEU DE NAISSANCE: Paris en France STATUT SOCIAL: au choix. MÉTIER: illusionniste (raté) dans un cirque. TRAITS DE CARACTÈRE PRINCIPAUX: gentleman, têtu, difficile à cerner, méticuleux, arrogant, manipulateur, peu démonstratif quand il apprécie quelqu'un, un genre d'handicapé des sentiments, mélomane, mélancolique, beau-parleur, souriant - voir trop, sarcastique, impulsif, violent avec les mots il n'utilise pratiquement jamais la force, ambitieux. CÉLÉBRITÉ: marc-andré GRONDIIIIN. :bed:



Raconte moi une histoire

Raphaël est né quelques secondes avant Timaël à Paris. Considéré comme le plus grand des deux, il a toujours eu droit à une certaine admiration de la part du plus jeune. Au départ, tout allait pour le mieux. Jusqu'à ce que Raphaël commence à avoir une obsession étrange, renier son frère, vouloir être la seule personne au monde à avoir ce visage, ne pas avoir une pâle copie. Être le meilleur des deux. Un genre de mauvais jeu. Il a commencé le piano à l'âge de 6 ans, et a arrêté vers 11 ans tout au plus. Il avait un avenir tout tracé, mais, il a préféré tenter le même chemin que le plus jeune. Le monde du cirque. Raphaël voulait tenter l’illusionnisme, mais, il ratait tout. C'est à partir de ce moment, qu'il y a eu une compétition entre les deux. Des coups bas, des ignorances parfois. Toujours se surpasser de plus en plus, tout en se crachant les pires horreurs à la figure. Au fil des années, le plus vieux a fini par s'améliorer, mais il ne pouvait pas écraser à coup de pieds le don de son jeune frère, qui faisait la fierté de ce lieu enchanteur.

Concernant sa vie sentimentale, faites comme bon vous semble ! S'il a eu des mauvaises histoires etc, franchement, je suis très libre de ce côté-ci ou s'il a eu des vices - drogue ou je ne sais quoi d'autre d'ailleurs. Concernant sa mort, je comptais faire un peu d'ironie. Mais, ça après c'est comme vous le désirez ! Je pensais que ce cher Raph aurait pu se suicider après la mort de son jumeau - décédé brûlé vif dans le chapiteau. Je ne vous oblige rien, comme dit : ce n'est qu'une idée et si ça vous dérange, vous pouvez très bien changer. I love you

Juste un petit détail, Timaël a commencé à perdre la tête d'une certaine manière vers l'âge de 18 ans tout au plus. A chaque lieu où le cirque allait, on trouvait un cadavre - tué au cyanure. Le coupable était donc Timaël, qui voulait la poupée parfaite - mais ça, après si vous voulez en savoir plus, je pourrais vous expliquer, mais ça reste une histoire de frustration, de perfection non atteinte etc. Sa dernière victime a été Appoline. Donc, si l'envie vous dit, vous pourrez dire que Raph avait quelques doutes. Ou pas du tout d'ailleurs hein ! :mdl:





Seraphin Timaël Angellier

« Tu penses que je suis un monstre, et tu as peut-être raison. Mais les véritables monstres ne sont jamais totalement dépourvus de sentiments. Je crois qu'en fin de compte c'est ça, et non pas leur aspect, qui les rend si effrayants. »


Raphaël et Timaël ∆ 8 ans
Assis sur une chaise, des crayons dans les mains, je suis dans mon monde à moi. Au loin, j'entends le piano qui résonne dans la maison. C'est Raphaël qui joue encore et encore. Mon grand frère, je l'aime énormément, beaucoup même. Il sait tout faire, moi je ne sais pas très bien encore en quoi je suis doué, mais, je saurais un jour. Il est plus grand que moi, c'est normal qu'il soit le meilleur. Enfin, je crois. Je pince ma lèvre inférieure, je veux faire un cadeau à Raphaël. Mais, j'avoue que ce n'est pas facile. Je veux dessiner son animal préféré, le tigre. C'est tellement difficile, mais, je fais de mon mieux, parce que je veux le meilleur pour lui. Un sourire s'affiche sur mon visage. Voilà au tour de la couleur orange, petit à petit, la forme se transforme en quelque chose d'assez reconnaissable. Puis, maintenant, je dois faire le fond. Tout vert. Il va lui plaire, j'en suis sûr ! Je suis tellement content du résultat. Je me redresse, avec hâte de je m'avance dans le couloir. Sauf, que manque de chance, je ne remarque pas le fil qui traine au sol et m'écroule, un bruit assourdissant se fait alors entendre. Je tire une grimace. Mon dessin, il est tout froissé. Une moue s'affiche sur mon visage. J'ai tout gâché. Mon coeur claque contre ma poitrine, ça me fait mal. J'ai peur qu'il n'aime pas. J'hésite, je ne sais pas si je dois lui montrer mon " chef d'oeuvre " j'attends. Quelques secondes, quelques minutes. Et puis zut. Je me redresse alors et descend à l'étage en dessous. Le piano résonne encore, il joue, très bien, trop bien même. Mais, je suis content pour lui, moi. Si ça se trouve, plus tard il sera un grand musicien. J'arrive alors dans la pièce, je déglutis puis m'approche de lui. Il est dans son monde à lui. Je glisse ma main sur sa manche, je tire tout doucement. Raphaël s'arrête d'un coup sec, et il a ce regard, je ne sais pas trop à vrai dire. Nous sommes similaires, mais, j'ai du mal à le comprendre, parfois. « Je suis désolé, il est un peu froissé, mais .. J'y ai passé toute la matinée, tu sais ! » Je suis fier de moi, pour une fois. Et j'ai envie qu'il soit content de moi, lui aussi. Raphaël regarde le dessin, hausse les sourcils, je vois un vague sourire s'accrocher à son visage, il est en coin. « Minable. » Il froisse encore plus le dessin, en forme une boule puis la jette à l'autre bout de la pièce. J'écarquille mes yeux, j'arrive pas à comprendre, je suis ... perdu. « Tout ce que tu fais, c'est minable, nul, sans intérêt. Alors arrête de dire que tu passes du temps dessus, je suis sûr que tu as fait ce gribouillage vite fait bien fait. » Maintenant, je comprends. Je sais pourquoi, durant toutes ces années, il a eu ce comportement. Distant, haineux. Raphaël veut être le meilleur de nous deux, il me déteste. Je sens le temps s'arrêter autour de moi, c'est difficile à avaler, à croire. Je sens l'émotion monter, petit à petit dans mon corps, dans mes yeux. J'ai toujours été sensible, trop sensible et lui, trop peu démonstratif. Je fronce les sourcils, je ne veux pas y croire. Il me voit comme un minable et non pas comme son frère, non pas comme une autre partie de lui-même. J'entends à nouveau, ce fichu piano. Sans réfléchir, mon pied part tout seul et s'écrase sur le piano. Raphaël sursaute, et moi, je sors de la pièce. La tête dans le flou, le coeur en vrac et surtout, l'âme en peine.

Raphaël et Timaël ∆ 11 ans
Ce soir, c'est mon grand soir. Je fixe la poupée en bois, face à moi. J'ai réalisé Olly tout seul. Pour tout dire, j'en suis plus que fier. Mais, il reste quelques détails, que je dois perfectionner un peu plus. Mon pinceau se glisse dans la peinture, je refais le contour de ses yeux bruns. Je mordille ma lèvre inférieure, pour tout dire, j'ai un peu peur. Et si mon don, disparaissait d'un coup ? Ce serait embêtant. Mais, j'aimerais tellement être dans le cirque de ma tante. Mes parents sont déjà heureux de savoir que je suis capable de faire quelque chose de plus ou moins artistique, alors travailler si je puis dire, dans un lieu familial, c'est encore mieux que tout. Je suis heureux et personne ne pourra gâcher ce bonheur, personne. J'hausse mes sourcils, il y a quelque chose d'étrange. Je sens un regard sur moi. Je me retourne, Raphaël est là, à quelques centimètres. Je fronce mes sourcils, quelque chose de mauvais s'installe en moi. « Je veux pas te voir. Sors de ma chambre. » Il ne m'écoute pas, glisse sa main sur ma chère Olly. J'écarquille les yeux, il la porte comme une malpropre. Je lui arrache des mains et serre les dents. « DÉGAGE DE MA CHAMBRE. » Le ton monte d'un certain cran, il ouvre les lèvres pour dire quelque chose, je ne lui donne pas le temps et le pousse en dehors. Je lui claque la porte au nez. « Le minable se prépare, et il n'a pas besoin d'un "prodige" dans les pattes. » Maintenant que je commence à monter dans l'estime des gens, il tente de rattraper le temps perdu. Mais, le temps ne se rattrape pas, jamais. Je suis un minable à ses yeux, depuis toujours, à quoi bon tenter de faire bonne figure ? Je n'aime pas vivre dans un monde de faux semblant. Un jour arrivera où il se retrouvera en bas, tout en bas. Il aura beau clamer haut et fort, que je suis sa moitié, rien n'y changera. Maman, n'aurait jamais du nous mettre au monde. Ou du moins, ne pas donner une paire de jumeaux à la naissance. Jamais. La pire erreur jamais faite. J'appelle ça se détruire mutuellement, ne vouloir être qu'une personne, alors qu'au fond, nous en sommes deux. Une âme écorchée dans deux corps similaires. J'ai mal, seigneur que j'ai mal. Je me laisse glisser contre la porte, Olly dans les bras. Je déglutis, elle est si jolie. Un rire nerveux s'échappe de mes lèvres. « Tu es prête pour ce soir, hein ? » Aucune réponse, juste son sourire pour me réconforter. Je me met à la serrer contre moi, pauvre pantin de bois. Fort, si fort. Elle me rappelle un peu avant, quand tout était bien, quand tout était beau, quand tout était simple et agréable. Olly, est ma seule attache, mon seul réconfort. Un objet qui ne parle pas, ne ressent rien. Une simple poupée, sur qui je peux pleurer.

Raphaël et Timaël ∆ 14 ans
J'ai peur. Mon coeur s'emballe, il claque, me fait souffrir. Je ne la trouve plus. Olly a disparu. C'est affreux, ignoble, impensable, je ne peux pas faire ma partie sans elle. C'est impossible. Je tire une grimace je cherche dans des malles, dans des endroits quelconques dans ce fichu chapiteau. Mais, rien, toujours rien. Une heure que je cherche, si ce n'est plus. Je panique, j'ai mis tout ce que je pouvais en ce pantin, tout. La perdre, serait catastrophique. Je tire une grimace, je cours partout où je peux courir. Mais, petit à petit, l'espoir se fond dans mon corps, disparait. Elle est surement quelque part, perdue, et c'est de ma faute. Les mains dans les poches, je passe ma main dans mes cheveux. Manquait plus que ça. Puis, j'hausse mes sourcils, une sale odeur s'incruste dans mes narines. Quelque chose brûle, je ne sais quoi, mais ça sent le bois calciné. J'écarquille mes yeux, le chapiteau prend feu ? Mes pieds me conduisent directement vers l'endroit où tout prend feu. Je m'arrête net, ma bouche s'ouvre automatiquement, en voyant le spectacle qui s'offre à moi. Olly, est là. Entrain de brûler, doucement, mais surement. Des cendres tombent au sol, et la personne devant elle, qui regarde ce macabre spectacle, n'est autre que Raphaël. Mes mains tremblent, mon corps n'arrive pas à réagir. Il a fait ça, il a osé me faire ça. Un coup de vent, et petit à petit les cendres s'envolent, disparaissent. Comme si, elle n'avait jamais existé. Je n'arrive plus à retenir mes mouvements. Raphaël me regarde, rien de visible dans son regard, ni du regret, je dirais presque du mépris. Sans me contrôler, je lui saute à la gorge, il tombe au sol. Moi au dessus de lui, mes mains autour de son cou, j'hurle. « POURQUOI TU AS FAIS CA ? NOM DE DIEU, JE VAIS TE TUER. » Il se débat, tente de se dégager. Malheureusement, nous avons la même force, un coup je me retrouve en dessous, un coup lui, un coup moi par terre et lui debout. La poussière s'installe sur nos deux corps. Des pas rapides se font entendre, ma tante m'attrape et un technicien attrape mon " frère ". « Seigneur, les jumeaux avez-vous donc perdus la tête ? » J'essaie d'échapper à la force de sa main, mais rien n'y fait. Je lance un regard haineux vers ma tante, cette phrase me fait mal. Me fait beaucoup de mal même. « Je ne veux plus JAMAIS, entendre " les jumeaux " quand tu parles de nous. Ce n'est pas mon frère, je n'en ai jamais eu et jamais je n'en aurais. Je suis juste un type qui lui ressemble, une pâle copie. Mais, je ne suis pas lui. CE N'EST PAS MON JUMEAU. » Mes membres tremblent, la haine, la peine, je ne sais pas, je ne sais plus, je ne veux pas, je ne veux plus. La relation entre nous deux, à beau tomber petit à petit, je me sens toujours aussi mal. Mais, ce n'est pas mon frère, non, je n'en ai jamais eu. « Arrête de tirer cette tête. Elle est très bien là où elle est. Fallait que tu changes de mascotte de toute façon. » Rire sournois, vicieux, mauvais. Mes yeux s'enflamment, mon corps brûle. Un geste brusque, mais rien. Plus rien, un fossé nous sépare. Une différence, une haine, un amour non avoué. Juste deux âmes perdues, perdues quelque part, on ne sait trop où. Mais, perdues et à jamais.

Il parait que les jumeaux, sont connectés, sont dans un état de fusion constante. Pourtant, entre eux deux, ça n'a jamais marché. Dieu seul sait qu'au début tout était beau et bien. Sauf que le fait d'être appelé " les jumeaux " a bien vite insupporté Raphaël. Détestant son jeune frère, parce qu'il était comme lui. Exister par sois-même et non par cette paire, être appelé par son prénom. Exister, comme une seule personne doit exister, vivre. Être un être humain complet. Depuis toujours ce "mal" le ronge, il le bouffe, comme un cancer, mais malheureusement, c'est plus fort que lui et personne ne sait, quand il daignera s'arrêter. Ils se font du mal, se détestent d'une certaine manière et pourtant, intérieurement ils ne sont rien sans l'autre. Une âme, dans deux corps. Ils se complètent. Raphaël sans Timaël c'est : un puzzle non complété, un sourire à demi-fait, un miroir brisé.



Il fit glisser le rideaux de douche. La femme qui gisait dans la baignoire était morte depuis longtemps. Elle était toute gonflée et violacée et son ventre, ballonné par les gaz et ourlé de glace, émergeait de l'eau gelée comme une île de chairs livides. Elle fixait sur Danny des yeux vitreux, exorbités comme des billes.


Dernière édition par S. Timaël Angellier le Jeu 21 Juin - 11:38, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien accepter

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 713
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 29/08/2011
→ AVATAR : g. ULLIEL
→ CREDITS : lovely kitty.
→ LOCALISATION : la tour de l'horloge.


DOLLHOUSE
Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère:
Inventaire: cartes rasoirs.

MessageSujet: Re: (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone   Jeu 7 Juin - 16:42



Moi, ce que je veux

Bonjour ou bonsoir ! :hunhun:
Avant tout merci de t'intéresser à mon scénario. D'ailleurs, il est juste essentiel pour mon Timaël, alors si tu le prend, je te vénère ! Mais, soit parlons de ce qu'il faut parler. Avant tout, l'avatar estt non négociable, je trouve que Marc-André Grondin et Gaspard Ulliel ont une belle ressemblance, après on peut réussir à savoir qui est l'un et qui est l'autre, mais on va dire que ce duo me tien vraiment à coeur. :han: Concernant le prénom, je l'aime beaucoup et de plus je l'ai utilisé dans ma fiche et je l'utilise dans mes RP. Donc, il sera non négociable lui aussi. Pour son histoire, il y a des points que je n'ai pas développé, par exemple ses histoires amoureuses. Ce côté, c'est comme vous voulez, s'il a été malchanceux etc.

Niveau activité, je demande une réponse toute les deux semaines au minimum, parce que je sais que nous avons tous une vie et pas forcément l'envie de RP quand on rentre du boulot/des cours. Donc, ne vous inquiétez pas pour ça. I love you Le petit plus serait que la personne s'incruste sur le forum, sincèrement c'est pas drôle de rester seul dans son coin, surtout qu'il y a des membres d'enfer ! Je pense que j'ai tout dit. Si vous avez une quelconque question, n'hésitez pas. :han:

Je fais des bébés à qui prendra mon frère adoré. :green: :omg: :hin: :bed: :ymca: :mouton: :kiss: :string: :câlin: :pfiouh: :own:
J'ajoute aussi que, Appoline vous réserve un liendelamortquitue et qu'on aura des rp de foufoudingo. :hunhun: :cara: De plus, si vous avez besoin de ressources, n'hésitez pas à me demander, j'en ferais avec plaisir ! :string:


Spoiler:
 



Il fit glisser le rideaux de douche. La femme qui gisait dans la baignoire était morte depuis longtemps. Elle était toute gonflée et violacée et son ventre, ballonné par les gaz et ourlé de glace, émergeait de l'eau gelée comme une île de chairs livides. Elle fixait sur Danny des yeux vitreux, exorbités comme des billes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone   Mar 12 Juin - 21:42

    'Gosh, j'ai pas pu résister, ton scénario est juste parfait. :han:
    Donc si tu veux de moi je suis là, &. je ferais tout pour être à la hauteur. *-*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien accepter

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 713
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 29/08/2011
→ AVATAR : g. ULLIEL
→ CREDITS : lovely kitty.
→ LOCALISATION : la tour de l'horloge.


DOLLHOUSE
Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère:
Inventaire: cartes rasoirs.

MessageSujet: Re: (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone   Mer 13 Juin - 4:33

JE T'AAAAAAAIME. Shocked :bril: :omg: :ymca: :ronde: :own: :pfiouh: :saute: :han: :cara: :string: :excited: :bed: :hin:
AAAAAAH MON FRÈRE ADORÉ. :bave: Mon dieu, je suis tellement contente et encore, le mot est faible. :mdl: Tu vas te faire agresser de partout tellement j'étais impatiente de le voir arriver. - limite le messie en fait pour ce coup. Arrow EN UN MOT : MERCI. :own: :han:


Il fit glisser le rideaux de douche. La femme qui gisait dans la baignoire était morte depuis longtemps. Elle était toute gonflée et violacée et son ventre, ballonné par les gaz et ourlé de glace, émergeait de l'eau gelée comme une île de chairs livides. Elle fixait sur Danny des yeux vitreux, exorbités comme des billes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien accepter

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 713
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 29/08/2011
→ AVATAR : g. ULLIEL
→ CREDITS : lovely kitty.
→ LOCALISATION : la tour de l'horloge.


DOLLHOUSE
Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère:
Inventaire: cartes rasoirs.

MessageSujet: Re: (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone   Mer 8 Aoû - 16:48

Scénario pris


Il fit glisser le rideaux de douche. La femme qui gisait dans la baignoire était morte depuis longtemps. Elle était toute gonflée et violacée et son ventre, ballonné par les gaz et ourlé de glace, émergeait de l'eau gelée comme une île de chairs livides. Elle fixait sur Danny des yeux vitreux, exorbités comme des billes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone   

Revenir en haut Aller en bas
 

(m) MARC-ANDRE GRONDIN ∆ dead zone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (M) Harvey Newton-Hayden (Négociable) ◭ A Drummer player.
» Retour chez les sorciers [PV Alicia]
» Marc-Andre Fleury ou Dany Sabourin
» Marc-Andre Bourdon D UFA 22 875000 0 C C C C C C C- B- D C D C C C C
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: PRELUDE AU DESASTRE :: Qu'on leur coupe la tête ! :: C'est trop tard, maintenant !-