AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 REDRUM (salem)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

on peut changer en bien ou en mal

→ MESSAGES : 105
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : oldman.
→ CREDITS : broccoli pie.
→ LOCALISATION : château de la reine blanche à faire des expériences.

REDRUM
Couché dans son lit, les yeux ouverts, le bras gauche serrant son vieil ours fatigué (Pooh avait perdu un de ses yeux en boutons et sa bourre s'échappait par douzaine de coutures éclatées), Danny écoutait dormir ses parents dans leur chambre.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: uc
Inventaire: cheval bâton en fer noir.

MessageSujet: REDRUM (salem)   Sam 16 Juin - 16:20




Zadig Salem Åkerfeldt

« Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon. Ou, tout simplement : tu deviens fou. »


ÂGE: 46 ans. DATE DE NAISSANCE: 17 Avril LIEU DE NAISSANCE: Stockholm - Suède. STATUT SOCIAL: célibataire, plus précisément veuf, depuis des années. ARME CHOISIE: parapluie et cheval bâton en métal, noir. MÉTIER: neurologue. TRAITS DE CARACTÈRE PRINCIPAUX: têtu, décalé, difficile à cerner, brisé, très calme dans son métier mais en dehors il peut se montrer plutôt colérique, désespéré, perfectionniste, moralisateur, doté de principes, est considéré comme un vieux sage chinois, souriant, doté d'un humour plutôt noir et bien à lui, terre à terre, vraiment très peu rêveur, pour lui ou tout est blanc ou tout noir, créatif, réfléchi, futé, sensible selon le cas, gentleman, poli, respectueux. CÉLÉBRITÉ: Gary Oldman. :hunhun:



RACONTEZ NOUS VOTRE MORT : saloperie. Une journée de pluie, comme une autre, une journée à brasser du noir sans envie de continuer à marcher, marcher encore et toujours. Je suis sorti ce jour-là, pour aucune raison particulière, une envie de me balader, de penser à de vieux souvenirs qui me hantent chaque nuit. Puis, la pluie est arrivée, sans crier gare, elle est tombée en trombe, il a fallu que je rentre chez moi en courant. Enfin arrivé, trempé jusqu'au os, je n'ai pas pris le temps de me sécher correctement, l'eau traînant surtout devant la porte d'entrée, une énorme flaque d'eau y trône, c'est elle qui a causée ma mort. Je me souviens m'être avachi sur mon fauteuil, un bouquin entre les mains et le silence qui m'entoure, puis, quelqu'un a toqué à la porte. Sous la hâte, j'y suis allé à pas rapides, sauf que cette flaque d'eau ... Oui, j'ai glissé. Malencontreusement, je n'ai pas pu me rattraper, je suis tombé en arrière et me suis pris le crochet de mon porte manteau en plein dans l'arrière du crâne. De ce que je me souviens ? Rien du tout, juste un arrière goût de sang dans la bouche et une odeur de pluie dans les narines.

QUE PENSEZ-VOUS DU PAYS DES MERVEILLES ACTUEL ? : je ne sais pas tellement à vrai dire. Fascinant je dirais, alors non, loin de là l'idée que je l'aime à en mourir, mais je dois bien avouer qu'il est fascinant, comment tout les morts peuvent se retrouver ici et surtout pourquoi ? Des questions sans réponses apparentes. Pourtant, je ne peux m'empêcher de le détester parce qu'ici, c'est ... un peu l'enfer entre autre. Des bestioles affreuses et je ne parle même pas du reste. Pourquoi nous ?

QUEL EST VOTRE ENDROIT PRÉFÉRÉ DANS CE PAYS ? : le château de la reine blanche, sans hésiter. Je trouve qu'il a un côté ... tellement, magique contrairement aux autres endroits. Puis, j'ai cette vision assez bête, que le blanc est rassurant, alors que les autres couleurs sont mauvaises - c'est crétin n'est-ce pas ? Puis, je réussis toujours à trouver un moment de détente dans le jardin à croquer et surtout, dans cette salle où sont faites les potions, enfin faites ... C'est un grand mot. Comme un enfant lâché dans un magasin de bonbons, je m'y amuse.


∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage. ∆ 10 choses à savoir sur votre personnage.



Dernière édition par Z. Salem Åkerfeldt le Sam 28 Juil - 22:31, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

on peut changer en bien ou en mal

→ MESSAGES : 105
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : oldman.
→ CREDITS : broccoli pie.
→ LOCALISATION : château de la reine blanche à faire des expériences.

REDRUM
Couché dans son lit, les yeux ouverts, le bras gauche serrant son vieil ours fatigué (Pooh avait perdu un de ses yeux en boutons et sa bourre s'échappait par douzaine de coutures éclatées), Danny écoutait dormir ses parents dans leur chambre.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: uc
Inventaire: cheval bâton en fer noir.

MessageSujet: Re: REDRUM (salem)   Sam 16 Juin - 16:20



raconte moi une histoire


DAVENPORT - ILLINOIS
Salem - 41 ans

La vie, la vie, est si fragile. Comme une poupée en porcelaine, si elle tombe, elle se brise et meurt, la réparation n'est pas possible. Parce qu'une vie, nous n'en n'avons qu'une seule. Il parait que les chats en on neuf, mais nous, pauvres humains, nous n'avons qu'une seule et unique vie. Certains s'amusent à la foutre en l'air, l'alcool et la drogue font partie des amis de la mort, qui quand elle vous prend dans ses bras, vous emmène dans le monde des âmes flottantes. Certains disent, que mourir, c'est le noir complet, plus rien, tout est vide et on passe toute sa mort à attendre. D'autres parlent du paradis, de dieu et des anges qui ne vous veulent que du bien, ou de l'enfer, avec Satan et Belzébuth qui vous feront vivre, les pires horreurs jusqu'à la fin de votre vie, entre autre les sept pêchés capitaux: l'orgueil, l'avarice, l'envie, la colère, la luxure, la gourmandise et la paresse. On raconte que, personne ne peut être parfait et que nous avons tous au moins, un pêché à notre actif, moi ? Je n'ai jamais vraiment su lequel. Jusqu'à leur mort, avant, je ne me doutais de rien, avant je ne savais pas que j'étais comme ça. Mais en fin de compte, tout est de ma faute. Je me souviens de cette soirée, coincé à l'hôpital, je hurle sur un interne en médecine qui a fait une énorme connerie. Je le traite d'incapable, de tout les noms d'oiseaux et surtout, je lui dis que je ne vois pas ce qu'il fait ici. J'ai passé plus de temps à le sermonner que de m'occuper de ma patiente. Alors oui, si je dois dire mon pire défaut, c'est la colère. Je suis très à cheval sur mes principes et ce soir-là, il a mit la vie de quelqu'un en danger. Je ne sais pas ce que cet étudiant est devenu et à vrai dire: je m'en fiche. Oui, peut-être suis-je un égoïste, mais la vie est comme telle, on est comme est, point barre. Je me souviens encore du temps, un temps à se taper la tête au sol. Un temps mauvais, la pluie tombe en trombe et les nuages sont gris, tellement gris. Il est maintenant bientôt minuit et tout est calme dorénavant, je dois partir, rentrer chez moi au plus vite, je veux retrouver ma femme, mon fils. Surement les seuls au monde que j'aime plus que ma propre vie. Un long silence sur la route, il fait nuit, il pleut, c'est une journée comme les autres qui se termine. Une journée comme les autres, surement pas. Mon coeur bat contre ma poitrine, comme tout les soirs, je suis heureux de rentrer chez moi. Voir mon fils dormir est surement la chose la plus belle au monde. Après plusieurs minutes dans la voiture, j'ouvre la porte de mon chez moi. Un long silence dans la maison et rien de plus. Sauf que quelque chose m'interpelle, une sale odeur, une odeur que je connais bien, trop bien. Mes yeux s'écarquillent, mon estomac se tord jusqu'à presque transpercer la peau de mon ventre. « C'est pas possible. » Malheureusement si, tout est possible dans ce monde de dingues, ce monde remplis de fous. J'allume la lumière, mes yeux s'écarquillent devant le spectacle que je peux voir. Ma femme inerte au sol, une flaque de sang souillant le sol d'un blanc presque hypnotisant. Mon coeur claque fort, si fort, je ne sens plus mes jambes. Mes mains tremblent d'une manière que je n'ai jamais vue moi-même et mes yeux se tournent partout. Je me baisse vers elle, avant de poser ma main sur son cou, rien. Salem, ne te fait pas de faux espoirs, ta femme est morte allongé sur le ventre et seule. Lysandre, mon fils ! La panique m'emporte, non, pas lui. Je cours, dans toute la maison, qu'importe le risque, on raconte que la folie nous fait faire des choses improbables. Allongé dans le salon, sur le dos, le ventre transpercé surement d'une balle, les yeux ouverts regardant le plafond. Son petit corps est là, sans bouger. Comme un cauchemar qui se transforme en réalité, j'avance vers mon fils. Mes yeux se voilent de larmes et je pousse un cri, sans m'en rendre compte. « Un cambriolage qui a mal tourné, je suis désolé monsieur. » C'est tellement facile d'être désolé, de tout, de rien, de rien et de tout. Il y a des douleurs sans importances, comme une petite blessure qu'on peut soigner, mais d'autres qui sont impossibles à réparer.

LONDRES - ANGLETERRE
Salem - 44 ans

Une année de passée, et me voilà réduit à l'état de moins que rien. Je passe mes journées à broyer du noir, à rester devant cette foutue fenêtre et me demander: pourquoi ? Les croyants me disent de prier, d'autres me disent d'aller voir un médecin. Me tourner vers dieu, n'est qu'une bêtise au fond, parce qu'il n'existe pas. Rien n'existe, tout est fictif et surtout lui, ce dieu qui a créée l'homme et la femme. Sérieusement, c'est à croire que les gens sont crédules au point de croire qu'en plantant une côte dans le sol il en poussera une femme. Bêtises, foutaises. J'ai perdu le goût de croire, le jour où j'ai vu les deux cadavres au sol, gisant comme des bêtes qui venaient de se faire abattre. Je déglutis, presque nerveux, trop de souvenirs douloureux, tout est encore trop près dans ma tête, tout est encore trop net. Je passe mes mains dans mes cheveux, baisse ma tête et la glisse entre mes mains avant d'entendre un son, une voix qui me parait des plus familières. « Pourquoi tu nous as pas sauvé ? » Mes yeux se lèvent automatiquement, cette petite voix si fine, celle de mon fils mort. Je regarde à gauche, à droite et plusieurs fois, mais rien. Cette phrase se répète dans l'appartement, doucement, à intervalle régulier comme une douce chanson bien élaborée. « Pourquoi tu nous as abandonné ? » Et cette fois, la voix de ma défunte femme qui résonne en même temps que celle de mon fils. Je regarde, je fouille dans toute les salles, mais le soucis n'est pas eux, c'est moi. Mes yeux s'écarquillent, et ces deux phrases continuent encore et encore, elles ne s'arrêtent pas et sont de plus en plus rapide. Je plaque mes mains contre mes oreilles avant de m'écrouler au sol, recroquevillé sur moi-même, comme un pauvre enfant torturé, comme un enfant qui souffre. « Taisez-vous, taisez-vous. » Une phrase que je me répète, et les phrases continuent à se faire entendre, encore, encore et encore. C'est devenu un quotidien pour moi, entendre des voix, voir des visages qui n'existent plus et qui sont six pieds sous terre, voir des choses qui n'existent plus. Parait-il, qu'on n'échappe pas à la fatalité.


HORS-JEU


PSEUDO: :11: AGE: :15: COMMENT TROUVES-TU LE FORUM ? :9: COMMENT L'AS-TU DÉCOUVERT ? :21: ACTIVITE: :12: CODE DU REGLEMENT: :1: UN MOT POUR LA FIN ? :20:



Dernière édition par Zola Marlowe le Dim 17 Juin - 19:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

REDRUM (salem)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alheïri Salem Fenyang
» Everybody's changing ♦ Ft Salem ♦
» Académie Salem
» [Jeune Forum] Académie magique de Salem
» Seven Salem
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: GESTION / EVOLUTION :: Registre du Pays des Merveilles :: Tiens donc, viens boire une tasse de thé !-