AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 4
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 19/07/2012
→ AVATAR : Simon Baker
→ CREDITS : Folk Soul
→ LOCALISATION : Certainement perdu.

MessageSujet: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 13:27




Håkan NATHANAEL STRÖMBLAD

« Parmi les plus faibles, le plus fort est celui qui n'oublie pas sa faiblesse »


ÂGE: 36 ans. DATE DE NAISSANCE: le 13 janvier 1976 LIEU DE NAISSANCE: Göteborg, Suède. STATUT SOCIAL: Divorcé ARME CHOISIE: Le parapluie et le Glaive Vorpalin MÉTIER: Journaliste TRAITS DE CARACTÈRE PRINCIPAUX: Souriant - Franc - Blagueur - Lunatique (est atteint d'une maladie proche de la bipolarité) - Mélancolique - Vis constamment dans le passé - Susceptible - Impulsif - Rancunier - Sait écouter - Curieux - Compréhensif - Patient - Bordélique - Autodidacte - Cynique - Passionné - Futé - Cultivé - Instable - Sensible - Possède deux faces différentes dues à sa maladie, il peut être le plus adorable des hommes, à blaguer et à fêtarder, mais lorsqu'il est dans une crise ou dans un mauvais jour, il peut devenir totalement insupportable CÉLÉBRITÉ: Simon Baker



RACONTEZ NOUS VOTRE MORT : C’est bizarre comment je me sens mal depuis quelques heures… J’ai la tête embrouillée d’avoir trop pensé, les yeux qui me piquent d’avoir trop pleuré, la gorge qui me brûle d’avoir trop crié, les jambes qui me lâchent d’avoir trop tremblé. Au départ, je pensais que c’était une simple crise comme il m’en arrive si souvent ces derniers temps. Ca l’était, au départ. Et puis j’ai repensé à tout ça, à ma vie, à comment elle était devenue un échec total, comment elle l’avait toujours été. L’appartement est dévasté, j’ai tout détruit, tout jeté par terre, tout. Et à partir de là, ça n’a plus rien d’une crise normale. Comme pour finaliser le chef d’œuvre qu’est mon carnage, j’attrape un feuillet sur mon bureau. Il est maculé de taches de café. Un article sur l’insécurité des rues de Londres, que j’aurais dû rendre au rédacteur en chef depuis déjà plus de trois jours. Je la chiffonne frénétiquement dans mes mains et la balance contre un mur. Une connerie de moins dans ce monde. De toute façon, cet article ne m’avait jamais inspiré. Puis je plonge ma main dans ma boîte de comprimés, je me suis bien défoulé, maintenant c’est le moment de calmer le jeu. Je l’avale tout rond, sans eau, comme d’habitude. Mais ça ne passe pas. Je suis toujours aussi énervé, j’ai toujours envie de tout détruire, du moins ce qu’il reste de l’appartement. Alors j’en reprends un deuxième. J’ai besoin d’air. Je vais sortir faire un tour au parc en bas de chez moi, ça ira mieux. Je suis un peu dans les vappes maintenant, mais rien qu’à l’idée de sortir, un sourire réapparaît sur mon visage. Je parviens à refermer la porte de l’appartement. Je suis bientôt dehors. Seules quelques marches d’escalier me séparent de mon but. Je les descends quatre à quatre, je sens déjà l’air frais me chatouiller le visage. Mais je rate une marche, je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment. Je tombe, ma tête heurte le carrelage, et mes pensées se floutent. Une personne, plutôt deux, occupent tout l’espace. Plus de place pour quoi que ce soit d’autre. Je sens le noir venir. J’ai mal, mais c’est étonnamment plus que supportable. Et je repense à ma femme, enfin… Mon ex-femme. De mon ancienne vie, en Suède. C’est en tombant dans les escaliers que le bébé qu’elle portait, notre bébé, est mort. La douleur s’estompe peu à peu. Et je meurs aussi, je meurs comme ma Nea, je meurs comme ma petite fille. Quelle ironie.

QUE PENSEZ-VOUS DU PAYS DES MERVEILLES ACTUEL ? : Disons que… Ça change du monde réel. J’ai toujours cru qu’il n’y avait rien après la mort. Apparemment, je me fourvoyais, mais dites-moi, que préférez-vous entre mourir définitivement ou vivre dans un monde particulièrement instable dans lequel vous risquez chaque jour votre (seconde) vie en côtoyant toutes sortes de monstres et bestioles assoiffées de sang ? Bien que je dois avouer que… Maintenant que j’y pense, je pense que je choisirai tout de même cette option-ci. C’est toujours mieux que le noir définitif. Enfin, je crois.

QUEL EST VOTRE ENDROIT PRÉFÉRÉ DANS CE PAYS ? : Très certainement la Vallée des Larmes, et plus principalement la rivière qui y coule. Quand je suis mal où que j’ai besoin de parler à ma fille, qui n’est malheureusement plus de ce monde, je me rends là-bas, et le clapotis de l’eau sur les rochers me répond. Au fil du temps on apprend à interpréter ce qu’elle veut nous dire. Il faut croire que je n’ai pas assez l’habitude, car les mouvements de l’eau s’obstinent à ne rester que des mouvements d’eau. Mais qu’importe, j’ai juste besoin d’une présence, et le bruit de la rivière est le seul qui m’apaise ici. En plus, on ne peut pas dire que l’endroit est vraiment beaucoup fréquenté. C’est calme et il y a très rarement quelqu’un pour me déranger.


∆ Nathanaël est atteint de troubles affectifs, qui comprennent la dépression et la psychose maniaco-dépressive. Selon les jours, il peut être tout à fait bien, et peut par exemple s'énerver pour un rien la seconde d'après. ∆ Il a conscience de sa maladie et n'en a pas honte, mais il se soigne. Il est d'ailleurs plutôt accro à ses cachets ∆ Quand il avait 22 ans, il était marié à une jeune femme de Göteborg. Nathanaël venait de finir ses études et elle est tombée enceinte. Malheureusement, à 8 mois de grossesse, elle a fait une petite chute dans les escaliers et a perdu le bébé. ∆ Son ex-femme l'a alors trompé à plusieurs reprises, jusqu'à ce que Nathanaël s'en rende compte et demande le divorce, avant de venir s'installer loin de chez lui, à Londres. ∆ Depuis, il n'a plus eu aucune relation sérieuse avec quelque femme que ce soit. ∆ Il a appris l'anglais en quelques mois après son arrivée à Londres, et maintenant, à part un très léger accent, il est difficile de dire qu'il n'est pas anglophone. ∆ Il est persuadé que son enfant mort-né était une petite fille, et de temps en temps, lorsqu'il est mal, on peut le surprendre à lui parler. Il l'a appelée Nea. ∆ Dû à son métier, il a appris de nombreuses langues; Nathanaël maîtrise parfaitement le Suédois, l'Anglais, l'Allemand et le Norvégien, se débrouille en Français et Italien, et parle quelques mots de Mandarin et d'Espagnol. ∆ Son animal préféré est le chien, même si il n'en a plus eu depuis qu'il a quitté son ex-femme. ∆ Sa famille était modeste. ∆ Son père est mort en pêchant sur un lac gelé, comme il le faisait tous les dimanches. Un de ses amis est tombé à l’eau, et il a plongé pour aller le rechercher. Il n’est pas remonté vivant à la surface, aucun des deux d’ailleurs.





raconte moi une histoire


13 janvier 1991 ~ 15 ans

« Hé, hé, Nathan ! »

C’est la voix de mon petit frère. Pourquoi ressent-il chaque jour le besoin de me réveiller dans mon lit, de longues minutes avant que mon réveil ne sonne, annonçant un nouveau jour d’école ? Pourquoi se sent-il obliger de me priver de ces pauvres instants ? J’ai tant de mal à m’endormir, j’aimerais tellement profiter un maximum de ce que j’arrive à arracher à Morphée, car cet imbécile refuse de me prendre dans ses si réputés bras, dans lesquels je pourrais enfin avoir une nuit normale. Mais non. Il faut croire que les petits frères dorment bien, et qu’ils n’ont que ça à faire de réveiller leur insomniaque d’aîné pour l’en avertir. Je grogne et me retourne dans mon lit. Aujourd’hui, je fais semblant de ne pas me réveiller.

« Nathan ! Tu sais, aujourd’hui, si on prend le premier chiffre de ton âge, et que, et qui si on rajoute le deuxième chiffre en faisant plus, ça fait le même âge que moi ! »

Il éclate de rire. J’entrouvre les yeux. Le réveil affiche dimanche, 13 janvier 1991, 6 heures 41. Et je réalise ce qu’il tente de me dire. Aujourd’hui c’est mon anniversaire, j’ai 15 ans. Un, plus cinq, égal six. Son âge. Je reste retourné dans mon lit et remonte la couverture au-dessus de ma tête.

« On dit additionner, Erik. Pas ‘faire plus’ »

Je ne vois pas son visage, mais je devine qu’il est surpris de ma réponse. Il devrait avoir l’habitude de ma rudesse matinale, depuis les nombreux mois, non, années même, qu’il me réveille en plein sommeil paradoxal.

« Bon anniversaire, Nathanaël. » dit-il juste, avant de tourner les talons et de se diriger vers la porte de ma chambre.

Mais je ne peux pas le laisser partir comme ça. Il voulait juste me souhaiter un bon anniversaire, et je le remballe sec sous prétexte que j’ai passé une mauvaise nuit, comme j’en passe toutes les nuits ? Il n’y peut rien. Et même si je n’y peux rien non plus, mon cœur se serre à l’idée de le regarder partir, vidé de son enthousiasme initial, au bord des larmes, parce que je l’aurais ignoré alors qu’il venait me souhaiter un bon anniversaire. « Erik ? » Il se retourne, posant son regard interrogateur sur mon visage, dont seule la partie situé au-dessus du nez est visible, ma couverture recouvrant le reste. « Allez, viens là » je lui lance, alors que je peux voir un énorme sourire se dessiner sur sa figure encadrée de petites boucles blond clair. « Merci » je lui souris en retour en rabattant ma couverture sur le côté, l’invitant à prendre place à côté de moi. Il murmure un de rien à peine audible, puis s’installe sous la couette. Nous restons silencieux quelques instants jusqu’à ce que je ne sais quelle idée lui vienne en tête et qu’il commence à gigoter dans tous les sens. « Hé, hé, Nathanaël ! Tu me racontes une histoire ? »

Je sais de quelles histoires il parle. Des histoires que mon père me racontait quand je n’étais pas plus âgé que mon cadet. Avant l’accident, évidemment. Erik n’a jamais connu notre père, il est décédé alors que maman était encore enceinte, de 7 mois. Il n’a jamais connu les belles histoires de la mythologie de nos contrées que notre père racontait si bien. Alors quand ça lui prend, à Erik, il veut que je lui livre une de ces histoires. Je crois que c’est sa manière à lui de se rappeler de papa, même si il ne l’a pas connu.

Je hoche la tête et commence à conter.

« C’est l’histoire de Heimdall, le Dieu de l’aurore. C’est le gardien d’un très très grand arc-en-ciel qui sépare le monde d’Ásgard des autres mondes. Son rôle est très important, car il… »

25 mai 1998 ~ 22 ans

Je ne veux pas croire ce que l’on me dit, je me refuse à cette idée. Ce qu’ils disent est faux. J’en suis sûr. Mon enfant n’est pas mort, non. C’était juste une petite chute dans les escaliers, rien de plus. Et puis Frida va bien, elle a juste quelques bleus, qu’ils ont dit. Mon, enfin notre enfant… Elle est enceinte, il est bien protégé, il ne peut rien lui arriver. Frida accouche dans un mois, déjà 8 mois qu’elle porte ma fille. Je suis sûr que c’est une fille. On l’appellera Nea. Frida et moi l’avions décidé bien avant qu’elle ne tombe enceinte.

Nea n’est pas morte. Elle a survécu à la chute. Les médecins ne disent que des conneries, c’est bien connu.

« Vous voulez voir votre femme ? » me demande l’un d’entre eux en me donnant une tape sur l’épaule.

Evidemment que je veux la voir ! Ca fait de longues heures que j’attends ici, dans cette salle aux murs blancs cassés couverts de crasse, et empestant l’anesthésiant et toutes sortes de médicaments. J’ai mal à la tête et attrape un calmant. L’un des médecins me regarde faire, d’un air soupçonneux.

« J’ai des ordonnances pour en prendre, je suis pas un drogué hein ! » je lui crache à la figure, les yeux animés par la colère.

Les deux médecins tournent les talons en me demandant de les suivre jusqu’à la chambre de Frida. Ils se chuchotent quelques mots, mais je n’arrive pas à tout saisir. « Il est sous le choc… » Et des blablas du style.

Nous arrivons rapidement à la chambre. La 257. Je rentre en trombe pour m’assurer qu’ils disaient faux. Mais ils disaient vrai. Frida est allongée sur le lit, presque unique mobilier de la pièce. Mais Nea n’est plus là. Son ventre n’a plus le même arrondi qu’avant. Il n’en a même plus du tout. Mes jambes me lâchent alors que je porte mes mains à mon visage. Frida, qui me voit tous les jours et qui sait ô combien ma maladie me rend fragile face à ce genre de situation, se met à pleurer et tente de me réconforter. Je m’avance tant bien que mal vers elle, et lui prend la main. Alors c’était vrai. Alors ma fille est morte.

« Heimdall a été chargé de tuer Loki, le dieu fourbe et fripon. Mais son destin est aussi que Loki le tue… »

17 octobre 1998 ~ 22 ans.

Frida n’est pas à la maison, alors qu’elle avait spécialement pris un jour de congé pour s’occuper de nettoyer la maison de fond en comble, sous prétexte que je la salis à la vitesse de la lumière. Il est 2 heures de l’après-midi, et j’ai demandé au rédacteur en chef de prendre une plus grande pause pour venir ici m’assurer que tout va bien. Mais elle n’est pas là, et je ne comprends pas pourquoi. D’ailleurs, la maison est toujours dans le même état qu’elle l’était hier. Elle ne semble pas avoir été là de toute la journée. Pourtant, je me rappelle bien l’avoir eue à mes côtés ce matin, en me réveillant pour aller à la rédaction. Je l’avais embrassée avant de partir, même. Je le fais tous les jours, et aujourd’hui n’a pas été l’exception confirmant la règle.

Et là… Elle a disparu. Ma tasse de café est toujours sur la table, à moitié entamée, ce qu’il reste du breuvage étant devenu froid et infect. Son sac est posé à côté du fauteuil. Elle ne sort jamais sans. Je commence à m’inquiéter. Un cambriolage, peut-être ? L’aurait-on enlevée ? J’ouvre son sac et me met à vérifier que tout y est encore. Mon attention est attirée par une feuille de papier bleuté, pliée en quatre. Je l’ouvre, et ce que je lis n’a ni été écrit de ma main, ni de celle de Frida.

« Le 17, 10h30 chez moi ? Bisous mon cœur, Sten. »

Ai-je mal lu où me suis-je tout simplement fait pigeonner comme un débutant par la femme avec laquelle j’avais prévu de passer toute ma vie, avec qui j’avais vécu tant de choses, à qui j’avais promis que nous aurions un autre enfant ?

Je suis vraiment con. Aveugle. Imbécile. Je prends un cachet, encore un. Et je m’assieds dans le fauteuil. Je ne retourne pas travailler aujourd’hui. J’attendrai Frida. Jusqu’à ce qu’elle revienne. Avec le papier bleu entre les doigts.

Lorsqu’elle arrive, environ deux heures plus tard, je suis toujours là, et je la fixe d’un air mauvais. Elle semble ne pas comprendre pourquoi je suis là. Mais ne t’inquiètes pas Frida, tu auras bientôt une réponse à tes questions.

« Nathanaël !? Tu… Tu ne travaillais pas aujourd’hui ? » sa voix tremble, et je sens qu’elle est profondément dérangée par le fait que je sois là. Comme seule réponse, j’agite la feuille de papier devant ses yeux. Son expression change et elle commence à tenter de se justifier par quelque manière que ce soit. Pathétique.

« Ecoute, Frida, je pense que je vais aller habiter à Londres. Je te laisse choisir entre venir avec moi et quitter ton cher Sten, ou bien rester ici, et continuer à t’envoyer en l’air avec lui autant que tu le souhaiteras. »

Elle ne répond pas, alors que je me sens étonnamment satisfait.

« Tu as changé, Nathanaël, depuis… Depuis…
- Depuis quand ?! Depuis que notre enfant est mort, c’est ça ?!
- Oui, depuis ce moment-là.
- Peut-être que c’est parce que je suis attristé par sa mort, à l’inverse de toi. Ce n’a pas l’air de te faire tant de chagrin que ça, finalement… »

Je sens qu’elle va s’énerver, alors que je suis toujours bien installé dans mon fauteuil, à la regarder perdre son calme peu à peu. « Evidemment, que j’en ai du chagrin ! », elle se met à crier, si fort que je pense que les voisins l’entendent. « C’est juste que… Qu’il faut tourner la page à un certain moment ! »

Mais quelle manière de tourner la page ! Je me relève du fauteuil et me dirige vers la chambre, en glissant la feuille de papier dans la poche de son jeans. « Ne t’inquiètes pas. Dans une semaine, je serai parti, et ce sera encore plus simple de tourner la page, Frida. »

« On raconte qu’Heimdall fut le père du premier pauvre, du premier riche, et du premier qui n’était ni pauvre, ni riche »

28 mai 2012 ~ 36 ans

J’ai tourné la page. Il m’aura fallu plus de temps qu’à Frida, mais je l’aurais tournée. Je pense beaucoup à Nea, ma petite fille, mais comment faire autrement ? Londres est une belle ville, intéressante et remplie de personnes incroyables. J’ai dû apprendre l’anglais pour être embauché comme journaliste dans mon nouveau pays. J’en ai appris plusieurs autres au passage. La Suède me manque très peu, je dois dire. Toutes les personnes auxquelles je tiens ne sont plus de ce monde, Nea, mon père, ma mère, et Frida… Je n’en ai plus rien à faire. Il ne me reste que mon petit frère Erik. Nous restons en contact via différents moyens, et lorsqu’il a envie de venir, il vient. Je ne suis plus retourné une seule fois en dans mon pays depuis 14 ans. Erik, lui, est déjà venu ici une trentaine de fois, à peu près deux fois par an. Nous sommes restés aussi proches que nous l'étions, et ça me fait plaisir. Je vais beaucoup mieux, aussi. Ma maladie me laisse tranquille ces derniers mois. Je n’ai changé aucune de mes habitudes ; mon appartement est toujours désordonné, et ma tasse de café froid du matin m’attend toujours le soir quand je rentre du boulot. Je suis ma routine, mais qui sur cette planète n’en suis pas une ? Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, a priori.

« Heimdall est destiné à être le dernier à périr lors du Ragnarök. Il affrontera Loki et chacun mourra des mains de l'autre. »



HORS-JEU


PSEUDO: *Ace Of Spades, encore et toujours :gnéhé: AGE: 14 ans. COMMENT TROUVES-TU LE FORUM ? VOUS LE SAVEZ BIEN, MUAHAHAHAHA ! COMMENT L'AS-TU DÉCOUVERT ? Bazzart I love you ACTIVITE: 3 à 7j/7 CODE DU REGLEMENT: Alice's Madness UN MOT POUR LA FIN ? JE SUIS DE RETOUR, POUR VOUS JOUER UN MAUVAIS TOUR ! Ah, et je vous aime, aussi ♥️




Dernière édition par H.Nathanaël Strömblad le Jeu 19 Juil - 15:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 4
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 19/07/2012
→ AVATAR : Simon Baker
→ CREDITS : Folk Soul
→ LOCALISATION : Certainement perdu.

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 13:29

OMEGA EST DE RETOUUUUUUUR !

Par contre, j'ai eu un petit problème en m'inscrivant, avec les adresses e-mail itou itout... DOnc j'ai du créer deux comptes, "H. Nathanaël Strömblad" et "H.Nathanaël Strömblad". Est-ce qu'il serait possible de supprimer le compte "H. Nathanaël Strömblad" (l'autre, donc) et de rajouter ensuite un espace entre le "H." et le "Nathanaël" de ce compte-ci s'il vous plaît ?

Merci ♥️ :11: :cheshire:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

le pays des merveilles, reste amoché dans ton coeur

→ AGE IRL : 23
→ MESSAGES : 958
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 24/08/2011
→ AVATAR : Mary Elizabeth Winstead
→ CREDITS : Mistaken
→ LOCALISATION : Sous les pétales … euh quelque part … dans le Jardin fleuri je dirais
PLEASE DREAM SOFTLY
SWEET SLEEPING BEAUTY
N'importe quel sot peut dire la vérité, mais il faut qu'un homme soit un peu sensé pour savoir bien mentir.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïve – Faussement cynique – Créative – Bornée – Réservée – Têtue – Minutieuse – Paranoïaque – Menteuse – Complexée – Observatrice – Cultivée – Givrée – Pointilleuse – Pétillante – Sauvage – Instable – Cireuse de pompe
Inventaire: Ombrelle & Maillet de Croquet

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 13:46

Wow, j'allais dire, t'as déjà fini ta fiche !! :omg:

En tout cas rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dpalternatif.com/
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 4
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 19/07/2012
→ AVATAR : Simon Baker
→ CREDITS : Folk Soul
→ LOCALISATION : Certainement perdu.

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 14:22

Haha je l'ai finie depuis a peu près... 1 mois xD

Merci Venetia I love you :ronde:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ AGE IRL : 23
→ MESSAGES : 28
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 27/06/2012
→ AVATAR : Evanna Lynch
→ CREDITS : ©FAE
→ LOCALISATION : Vallée des Larmes
« You are as sane as I am »

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Lunatique - Imprévisible - Versatile - Incohérente - Saugrenue - Douce - Violente - Intelligente - Fascinée - Psychotique - Absente
Inventaire: L'ombrelle et l'éventail métallique

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 14:50

Re-bienvenue :6:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 4
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 19/07/2012
→ AVATAR : Simon Baker
→ CREDITS : Folk Soul
→ LOCALISATION : Certainement perdu.

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 15:08

Merci merci Selda :11:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

êtes-vous pion ou reine ?

→ AGE IRL : 25
→ MESSAGES : 227
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 09/06/2012
→ AVATAR : abbey lee.
→ CREDITS : heartlessSCREEN.
→ LOCALISATION : la falaise blanche.

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 15:29

SIMON BAKER :cute: Quel choix divin. Bienvenue sur WHYDA I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

êtes-vous pion ou reine ?

→ AGE IRL : 20
→ MESSAGES : 245
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 14/06/2012
→ AVATAR : Isabelle Fuhrman
→ CREDITS : Whorecrux&Tumblr&Stellaire
→ LOCALISATION : Quelque part où elle peut réfléchir en paix.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Mature - Egocentrique - Sarcastique - Manipulatrice - Solitaire - Têtue - Rusée - Lucide - Lunatique - Franche - Cynique
Inventaire: le Cheval Bâton et l'ombrelle.

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Jeu 19 Juil - 15:44

N'est-il pas ? Merci beaucoup Sad :) I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

nous sommes tous fous

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 362
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : Rick Genest
→ CREDITS : Marleen & PEPPERLAND
→ LOCALISATION : Un peu partout, un peu nul part ; errance
« A quoi bon
des chaussures de course haut de gamme
et une boussole fiable
si je ne sais même pas
tenir la carte dans le bon sens ? »


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Solitaire - Charismatique - Déterminé - Manipulateur - Violent - Introverti - Blessé - Hypocrite - Blasé - Louche - Réaliste - Sûr de lui - Traître - Égoïste - Amoureux - Rusé - Débrouillard - Impulsif - Sanguin - A tendance à regretter - Prudent - Méfiant - Cynique - Fourbe - Froid - Distant - Dépressif - Émotionnellement fragile - Plus faible qu'il n'y paraît
Inventaire: Parapluie et Cartes Rasoirs

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Ven 20 Juil - 12:26

Simooon :bave:
Rebienvenue ! Et quel choix grandiose ! 8D



❝PHILEAS SWANN ORWELL❞
c'était là encore une expression de sa fabuleuse faculté d'embellir la réalité. je lui envie, ce don. pour ma part, j'ai plutôt tendance à me dire, quand un bébé sourit, que c'est un réflexe. une étoile qui file n'est sans doute qu'un satellite télé naufragé, le chant des oiseaux est rempli de menaces envers les intrus, et Jésus n'a probablement jamais existé, en tout cas pas à cet endroit et à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Dim 22 Juil - 9:57

Baker. :bave:
Rebienvenue parmi nous. I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien accepter

→ AGE IRL : 21
→ MESSAGES : 861
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 02/10/2011
→ AVATAR : emily browning
→ CREDITS : ginger's spleen
→ LOCALISATION : bonne question
WHERE IS MY MIND ?


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: timide, intelligente, discrète, fragile, peu bavarde, triste, tenace, appliquée, douce-amère, délicate, dévouée, minutieuse, juste, acerbe, sensible, vigilante, ignorante, docile, introvertie, candide
Inventaire: l'ombrelle et l'éventail métallique

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Dim 9 Sep - 13:31

merci pour ta patience, te voici enfin validé. :cara:



Le chapelier fou
what have you done ?

Nous sommes en retard pour le thé ! Par chance, tu as atterri dans mon groupe à moi. Oui, le chapelier fou que je te dis ! Tu fais parti de ceux qui n'ont plus que de la folie dans la tête et de l'imagination entre les mains. Tu es ... fou, comme moi, comme eux, comme tout le monde dans le monde, n'est-ce pas ?! Prends garde à toi, car ta folie pourrait te mener à ta perte. Quoi qu'il en soit, pour le bon fonctionnement de la suite, je te conseille vivement de signaler ton avatar pris, mais aussi de remplir ta feuille de personnage. Par la suite, tu pourras faire tes liens et tes topics. Si jamais il y a un soucis, les absences sont là.

Quoi qu'il en soit, j'admire ton courage d'être venu ici, le monde distordu de la pauvre Alice. Monstres et bêtes sans noms te suivront partout. Mais si tu as choisi de faire parti de l'aventure, ce n'est pas pour rien. Je te souhaite bonne chance, H. Nathanaël Strömblad et surtout, ne meurs pas ... A nouveau.




∇ SUMMERTIME SADNESS.

« I remember when I met him, it was so clear that he was the only one for me. He was charismatic, magnetic, electric, and everybody knew it. I always got the sense that he became torn between being a good person and missing out on all of the opportunities that life could offer a man as magnificent as him. And in that way I understood him. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

êtes-vous pion ou reine ?

→ AGE IRL : 20
→ MESSAGES : 245
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 14/06/2012
→ AVATAR : Isabelle Fuhrman
→ CREDITS : Whorecrux&Tumblr&Stellaire
→ LOCALISATION : Quelque part où elle peut réfléchir en paix.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Mature - Egocentrique - Sarcastique - Manipulatrice - Solitaire - Têtue - Rusée - Lucide - Lunatique - Franche - Cynique
Inventaire: le Cheval Bâton et l'ombrelle.

MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   Lun 10 Sep - 16:20

OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! I love you
Merci beaucoup ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« A reflection sometimes exposes more reality than the object it echoes. » H. Nathanaël Strömblad (ft. Simon Baker) ♠ [FINISHED]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» reflection matinale
» Wikileaks exposes US profiteering after Haiti earthquake
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» Reflections of Fidel: The lesson of Haiti
» C'est le pompom !!!!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: GESTION / EVOLUTION :: Registre du Pays des Merveilles :: Tiens donc, viens boire une tasse de thé !-