AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 Libre - A la recherche de fioles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 20
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 20/07/2012
→ AVATAR : Agyness Deyn
→ LOCALISATION : Suivez les traces de pas.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Je ne vais pas te beurrer tes tartines, actives ta soupape et détermine-le par toi-même.
Inventaire: Glaive vorpalin

MessageSujet: Libre - A la recherche de fioles   Dim 22 Juil - 12:27



Libre !


"si l'on boit une bonne partie du contenu d'une bouteille portant l'étiquette : poison, ça ne manque presque jamais, tôt ou tard, d'être mauvais pour la santé." L. Carroll



A la recherche de fioles


Quel voyage ! Callie avait remonté un long chemin biscornu, entrecoupé de marécages douteux et de fleurs maudites, pour arriver ici. Un terrier de lapin, qui lui évoquait vaguement une impression de déjà-vu. Etait-elle déjà passée par ici ? Sa mémoire lui faisait toujours défaut, encore une trace des vilains champignons qu'elle avait ingurgités avant sa mort. D'ailleurs, elle ne s'en rendait pas compte, mais elle ne percevait le terrier comme nul autre. En effet, quiconque observant ce lieu verrait les objets en vrac, les squelettes laissés par ceux tombés dans le terrier et qui n'y ont pas survécu, la terre molle du tunnel, une odeur désagréable d'humidité et poussière... Mais pas Calypso, que nenni, elle ne voyait ce terrier comme personne. Ses pensées commençaient à s'égarer, mêlées entre en perception déformée par les champis, et sa raison qui tentait d'y comprendre quelque chose.
Drôle d'endroit... Je n'avais jamais vu un pareil tourbillon de sable, comment se fait-il que h'y sois au centre sans en avoir le tournis ? Ce doit être un de ces tourbillons qui se créent dans l'eau et emportent dans un gouffre invisible -quoique pas tant que ça invisible, sinon on ne saurait pas qu'il existe . Mais pourtant les parois sont marrons, peut-être que l'eau est sale ?

Ses divagations furent interrompues par la vue d'un objet fort intriguant. Sur un poisson géant - qui était en fait une commode bleue - une petite fiole emplie d'un liquide vert émeraude reposait, avec une étiquette.Callie s'approcha, la saisit.

Tiens ! Une fiole ! Si ca se trouve c'est une sorte d'ecsta, ou une autre de ces substances que je prenais avant. Mais c'était quand avant ? Je ne sais plus. Ah ! il y a une étiquette. "Poi-son". Ah oui, ça doit être de l'ecsta, il n'y a pas mieux comme poison !

Elle la mit dans sa poche, pour quand elle voudrait voir la vie pleine de flashs. Mais l'idée de cette petite fiole avait déclenché une série d'hallucinations pour notre jeune Calypso, qui se mit à voir des fioles absolument partout. Des rouges, des bleues, des jaunes, encore des vertes, avec toutes les nuances possibles. Il n'y en avait pas de violettes, et c'était tant mieux. Calypso jubila, rit et se mit à courir partout, tentant de saisir chaque fiole, d'en remplir ses poches. Elle était hystérique, surtout que les fioles réapparaissaient à chaque fois. Folle d'excitation, elle se mit à chantonner une chanson qu'elle avait inventée de toutes pièces, reprenant des airs de comptines, mais en y ajoutant ses propres paroles insensées:

"Petit poison, non pas un poisson ! Fiole de toutes les couleurs, je ne te demande pas d'être un oiseau, vole jusqu'à moi ! Ta saveur, ton odeur, ton liquide brûle en moi...."

Et Calypso poursuivait sa ronde entre les fioles imaginaires, riant, chantonnant, ses yeux bleus pétillant de malice, son rire dévoilant ses dents blanches, ses cheveux blonds en pétard sautillant au rythme de ses pas, une robe patchwork semblant avoir été cousue par un enfant laissant se dessiner sa maigre silhouette. Quiconque serait entré à ce moment précis dans le terrier l'aurait immédiatement assimilé à une folle, et aurait même pu se demander si elle était humaine ou une de ces créatures étranges du pays imaginaire. Quoique, elle était trop hystérique et joviale pour se fondre dans une atmosphère glauque et morbide.


Thème par Maguitte2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

le pays des merveilles, reste amoché dans ton coeur

→ AGE IRL : 24
→ MESSAGES : 958
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 24/08/2011
→ AVATAR : Mary Elizabeth Winstead
→ CREDITS : Mistaken
→ LOCALISATION : Sous les pétales … euh quelque part … dans le Jardin fleuri je dirais
PLEASE DREAM SOFTLY
SWEET SLEEPING BEAUTY
N'importe quel sot peut dire la vérité, mais il faut qu'un homme soit un peu sensé pour savoir bien mentir.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïve – Faussement cynique – Créative – Bornée – Réservée – Têtue – Minutieuse – Paranoïaque – Menteuse – Complexée – Observatrice – Cultivée – Givrée – Pointilleuse – Pétillante – Sauvage – Instable – Cireuse de pompe
Inventaire: Ombrelle & Maillet de Croquet

MessageSujet: Re: Libre - A la recherche de fioles   Dim 22 Juil - 14:37

Calypso Ҩ Venetia
« Ne soyez pas si pressée de croire tout ce qu'on vous raconte... Si vous vous efforcez de tout croire... vous deviendrez incapable de croire les vérités les plus simples »


Le pays des Merveilles, il portait bien son nom. Toujours quelque chose de nouveau à découvrir dans ses terres, dans ses recoins sombres, dans ses pleines, sous son soleil de plomb, sous ses averses de larmes. Toujours. En bien ou en mal, en précieux ou en étrange, en bigarré ou en obscur. Créatures, êtres, choses, machins et truc-muche, bizarreries en tout genre, faune, flore et personnes … Tant de diversité, tant de couleur, de singularité. Ce monde regorgeait de nouveauté. Un monde sublime et sauvage. Le paradis des auteurs, en somme, ça, il n'y avait pas à dire. Venetia y était aussi heureuse qu'elle le pouvait dans ce monde étrange malgré les circonstances. Parfois, devant des choses vraiment saugrenues, la jeune femme en venait jusqu'à se demander si elle n'était pas encore vivante, dans la vraie vie, mais plongée dans une de ses sommeils sans fin qui la prenait à chaque cycle à cause de sa maladie, ou si quelqu'un lui avait reprendre de la drogue sans qu'elle s'en rende compte, et qu'elle était en plein trip. Ce monde ressemblait définitivement trop à celui qu'elle avait dans ses rêves. Ça en devenait vraiment troublant. La seule chose qui manquait vraiment pour que son bonheur soit complet … et bien en fait, il y en avait deux, son fiancé Rhys, même si elle ne pouvait pas souhaiter le voir la rejoindre, et sa machine à écrire. Une corona bleue qui lui manquait plus que jamais. Après tout, quel était le point de vivre dans un monde si extraordinaire, tellement fertile en idée, si elle n'avait même pas un crayon Ikea pour noter les idées qui lui venait ?

Voilà, la seule chose qui lui manquait vraiment, c'était de quoi écrire. Et à trop parler avec les fleurs du Jardin, à ne faire que de l'invention orale, sans jamais noter les mots, Venetia commençait à craindre que les mots viennent à s'envoler, s'effacer … qu'elle ne puisse plus jamais les rattraper parce qu'elle ne les avait pas enchaînés sur un bout de papier pour toujours les garder avec elle. Mais qu'elle ne vienne pas demander une feuille, pas même une feuille morte, à ces demoiselles végétales, vous imagineriez le scandale ? Oh non, elle n'avait pas le droit d'écrire sur leur feuille.

Par contre, elle avait toutes les chances de trouver ce dont elle avait besoin à l'entrée de ce monde. Il y avait tout là-bas, du vieux paquet de pop-corn à moitié rassis à la descente de lit du Waldorf-Astoria. Peut-être qu'elle pourrait tomber sur mieux qu'un petit crayon mal taillé et de vieux prospectus à moitié effacé pour écrire. Pour le savoir, elle n'avait qu'à y aller, c'est tout. Et de ce fait, elle trouva son bonheur. Une vieille machine à écrire, à laquelle il en manquait que deux ou trois touches seulement ! Et tout une rame de papier blanc, bon les quarante premières pages étaient inutilisables, une substance qui ressemblait à du vieux café semblait avoir coulé dessus. Bref, Venetia farfouillait l'endroit, disparaissant parfois sous des collines de bric-à-brac pour en ressortir parfois triomphale, tenant un taille crayon ou un stylo. Elle était justement en train de farfouiller dans sa pile quand elle entendit une voix humaine. Venetia l'observa faire, l'écouta parler sans se manifester, préférant mille fois savoir à qui elle avait à faire, pour savoir s'il valait mieux pour elle qu'elle reste cachée jusqu'au départ de l'autre ou si elle pouvait se manifester en toute sécurité. Finalement, après l'avoir regardé faire son petit manège, la jeune femme préféra s'extraire de sa cachette en secouant la tête. « Et bien … J'en ai croisé des shootés dans ma vie, mais là, tu peux me croire, tu mérites amplement la palme … »

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dpalternatif.com/
 

Libre - A la recherche de fioles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bagarre au réfectoire [Libre, venez vous défouler !]
» A la recherche d'un passage secret! (libre)
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» Ah la recherche de cailloux jaunes (libre)
» Une triste recherche... [Libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: LE PAYS DES MERVEILLES :: Le terrier du Lapin Blanc-