AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

nous sommes tous fous

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 362
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : Rick Genest
→ CREDITS : Marleen & PEPPERLAND
→ LOCALISATION : Un peu partout, un peu nul part ; errance
« A quoi bon
des chaussures de course haut de gamme
et une boussole fiable
si je ne sais même pas
tenir la carte dans le bon sens ? »


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Solitaire - Charismatique - Déterminé - Manipulateur - Violent - Introverti - Blessé - Hypocrite - Blasé - Louche - Réaliste - Sûr de lui - Traître - Égoïste - Amoureux - Rusé - Débrouillard - Impulsif - Sanguin - A tendance à regretter - Prudent - Méfiant - Cynique - Fourbe - Froid - Distant - Dépressif - Émotionnellement fragile - Plus faible qu'il n'y paraît
Inventaire: Parapluie et Cartes Rasoirs

MessageSujet: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Jeu 16 Aoû - 14:52

Les fruits de mer au bateau.
Ft. Lysander & Phileas

Chercher quoi ? Hein ? Une huître. Bien sûr. Ce pays me rendait dingue. Des huîtres. Oui oui, tout à fait, ça portait à rire et pourtant je devais bien m'y coller. Toujours faire le sale boulot. Même une fois mort. Une huître. Et pourquoi pas une bestiole encore plus dégueulasse, hein ? Une limace de mer, aussi, et un bernard-l'hermite, non ? C'était profondément ridicule, mais bon, ici, il ne fallait plus s'étonner de rien. Une huître. Ah, ce mot allait me hanter. D'ailleurs, en parlant de hanter, je devais me rendre dans un bateau fantôme, lieu fort sympathique de par son allure, et, bien sûr, comme on était en enfer, de par les multiples... Trucs, bestioles sans nom, qu'on allait y rencontrer, et dont je ne préférais même pas imaginer l'allure. Je n'étais pas d'humeur. Non mais chercher une huître dans un bateau, ça équivalait à chercher une once de raison dans ce pays, autrement dit, des recherches vaines, peu fructueuses, et pour que dalle.

Et le PIRE, dans l'histoire, c'est que je m'étais fait enrôler comme le con que j'étais par les deux mêmes boules, qui, quelques temps auparavant, avaient manqué d'attenter à ma vie, et celle d'une autre nana, et je continuais à remercier une divinité supérieure pour avoir eu pitié de ma misérable vie. Un miracle que je sois encore debout à l'heure actuelle, et si les deux nains avaient déjà tenté de nous tuer, je n'avais aucune raison de leur rendre service. Et eux, de leur côté, n'avaient aucune raison de ne pas tenter de réitérer leur diabolique projet. J'étais con. Mais bon, ils promettaient une récompense. Alors, comme ils prenaient un malin plaisir avec ça, ils nous (les volontaires) avaient affublés d'un partenaire, et c'est comme ça que je m'étais retrouvé avec un bellâtre qui ne me disait rien de bon, mais après tout, il fallait faire avec, point. Nous étions parvenus à résoudre l'énigme où rechercher les huître mais... Hé ! C'était quoi ça ? S'ils nous donnaient un lieu, c'est non pas qu'ils les avaient perdues, les huîtres (comment diable peut-on perdre une huître, et qu'est-ce qu'on pouvait bien foutre avec une huître, ça aussi c'était une fâcheuse question), mais qu'ils s'étaient amusés à les planquer. Les salauds.

Alors, mon coéquipier et moi, après s'être mis rapidement d'accord, étions plantés devant le lieu où nous allions procéder à des recherches dans quelques minutes. « Bon... On y va ? Autant en finir le plus vite possible, parce que je le sens déjà assez mal d'entrer là dedans, c'est pas pour faire durer le plaisir. » Et je ne pouvais m'empêcher d'ajouter, autant pour lui que pour moi, un petit « Courage. » devant l'ampleur des travaux qui nous attendaient.
Code by Anarchy



❝PHILEAS SWANN ORWELL❞
c'était là encore une expression de sa fabuleuse faculté d'embellir la réalité. je lui envie, ce don. pour ma part, j'ai plutôt tendance à me dire, quand un bébé sourit, que c'est un réflexe. une étoile qui file n'est sans doute qu'un satellite télé naufragé, le chant des oiseaux est rempli de menaces envers les intrus, et Jésus n'a probablement jamais existé, en tout cas pas à cet endroit et à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ AGE IRL : 25
→ MESSAGES : 37
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 28/07/2012
→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : JACAGE.
→ LOCALISATION : No where

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïf. Ouvert. Hyper-sensible. Tendre. Dévoué. Charismatique. Farouche. Borné. Exigeant. Résigné. Rancunier Docile.
Inventaire: Glaive Vorplain, son cervau et un parapluie.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Ven 17 Aoû - 5:00

Orwell & Rosenbach
« Voguez, voguez sur son dos;
Voguez, voguez sur les flots.»

Dans quoi je m’étais encore embarqué ! Non mais sérieusement je n’aurai pas pût rester tranquillement les bras croisés à me noyer dans mes remords et dans mes peines ? Non il avait fallut que je joue le jeu de ces foutus Tweedies ! Ils m’ont complètement embrouillez le cerveau avec leurs histoires à la mort moi le nœud ! Du coup qu’est-ce que je pouvais faire ! Ils m’ont prit pas les sentiments ! Après les chats zombies, les créatures bizarres du bois de Tuglet me voilà face à ce qui semblerait être une mer et un bateau au loin. Je ne savais vraiment pas ce que je faisais là comme si j’en avais quelque à faire de ces huîtres de malheurs ! Les deux boules savaient comment parler aux gens ! Il semblerait que son compagnon soit dans le même cas que moi. Les huîtres je n’ai pas pour habitude de les chasser, je me baisse, je les ramasse et je les mange avec un bon petit vin blanc français ! Voilà moi comment je les aime mais certainement pas dans un bateau qui semblait échoué et insalubre ! Ca non ! Genre il était comme dans mes rêves enfin mes cauchemars ! Vu que ce monde réalise mes cauchemars je ne suis plus étonné ; A vrai dire plus rien me surprends ! Je crois que j’ai perdu la faculté d’être … Surpris, en bien ou en mal. On s’attend toujours au pire pour avoir le meilleur : voila la meilleure méthode pour survivre. Je m’accrochais à ça et jusqu’à maintenant ça à marcher alors pourquoi changer une équipe qui gagne !
Ainsi mon coéquipier et moi étions face à l’épave qui semblait nous attendre et avec les ombres nous sourire. Mon sabre à ma ceinture, je me mis à côté de lui pour qu’il sente ma présence. Certes au début ses tatouages faisaient peur enfin surprenait mais comme je l’ai dit plus tôt rien ne m’étonne. Au final je les trouvai plutôt cool et j’aurais aimé en avoir des comme ça ! Et puis bon hein il fallait faire avec les moyens du bord comme on dit ! Ils étaient maintenant dans la même merde ! Mais bon là n’était pas la question, non là il était question de trouver des huîtres de malheurs que je ne pourrai même pas manger ! Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire, moi je n’avais pas peur : j’avais hâte. Il n’y à rien de plus dangereux qu’un homme qui n’a rien à perdre :

« Au pire eh bien on meurt et on sortira de ce cauchemar. Allez viens. »

Je fis des plis pour retenir mon pantalon et me jeta à l’eau. Je nageais doucement pour ne pas m’épuiser car je ne savais pas si le bateau était loin. Une fois arrivée au pied de l’échelle, je m’accrochais en attendant Phileas :

« Bon allez ! On y va ! »

Pieds après pieds je voyais le pont du bateau se rapprocher tandis que les battements de mon cœur s’accéléraient. Une fois sur le pont, sur « la terre ferme », je tendis ma main vers l’homme squelette :

« On commence à chercher où ? Je pense qu’il faut qu’on reste ensemble, ce n’est pas pour rien qu’ils nous ont mis ensemble hein ? Sinon la mission on aurait pût la faire tout seul. »
.

© Chieuze



Dernière édition par Lysander A. Rosenbach le Mar 21 Aoû - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

nous sommes tous fous

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 362
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : Rick Genest
→ CREDITS : Marleen & PEPPERLAND
→ LOCALISATION : Un peu partout, un peu nul part ; errance
« A quoi bon
des chaussures de course haut de gamme
et une boussole fiable
si je ne sais même pas
tenir la carte dans le bon sens ? »


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Solitaire - Charismatique - Déterminé - Manipulateur - Violent - Introverti - Blessé - Hypocrite - Blasé - Louche - Réaliste - Sûr de lui - Traître - Égoïste - Amoureux - Rusé - Débrouillard - Impulsif - Sanguin - A tendance à regretter - Prudent - Méfiant - Cynique - Fourbe - Froid - Distant - Dépressif - Émotionnellement fragile - Plus faible qu'il n'y paraît
Inventaire: Parapluie et Cartes Rasoirs

MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Dim 19 Aoû - 20:51

Les fruits de mer au bateau.
Ft. Lysander & Phileas

Aaah... Rien que le fait d'accéder au bateau constituait une petite épreuve en elle-même, et il ne s'en fallut de peu que je ne renonce directement avant même d'avoir pénétré dans le vieux rafiot qui ne me disait rien, mais alors rien qui vaille. Hélas, j'étais bel et bien engagé à la façon contrat de mariage, impossible de faire machine arrière (quoique mon partenaire n'allait pas non plus m'agripper avec un lasso dans l'éventualité de parer une fugue malvenue), et le laisser en plan pour qu'il se démerde tout seul n'était vraiment pas sympa. D'accord, je n'avais pas grand chose du type sympa, mais il m'arrivait d'avoir quelques principes, et même si, en cas de force majeure, j'étais tout à fait capable de laisser ce type crever la gueule ouverte, non, on ne causait pas de tort à quelqu'un qui vous aide à acquérir quelque chose, même si le type en question ne peut pas vous blairer, et vice-versa, mais c'est une question d'intérêt, voyez-vous. On se servait mutuellement l'un de l'autre, oui, inutile d'être hypocrite. Tant qu'on ne me demandait pas de copuler avec le gars en question, moi, tout m'allait, à la limite, même la fille avec qui je m'étais retrouvé dans le labyrinthe. Oui, voilà, on ne causait pas de tord au partenaire qui nous aidait, et ce jusqu'à ce qu'il serve encore à quelque chose, après quoi, c'était une autre histoire, mais pour l'instant, j'avais besoin de lui. Alors j'allais lui graisser la patte jusqu'au bout, des fois qu'il se dévoue dans son infinie bonté pour faire des tâches ingrates à ma place. En plus, j'étais bon comédien, ça jouait bien en ma faveur. « Au pire eh bien on meurt et on sortira de ce cauchemar. Allez viens. » « Ouais, enfin j'aimerais bien éviter si ça te dérange pas, histoire de pas tomber dans un pays encore pire que celui-ci (j'ai du mal à concevoir, mais sait-on jamais). Qui sait ce qu'il y a après la mort de la mort. Hum. Allez. »

S'en suivit une traversée pour le moins singulière. Arrivé à la hauteur du bateau, mon coéquipier me surprit d'ailleurs, je devais le dire. Il me tendit une main pour m'aider à me hisser, et, si pour lui, ce réflexe était peut-être tout à fait normal et anodin, pour moi, ça me faisait un petit quelque chose. De là à dire que ça déclenchait en moi une vague d'émotions, non, fallait pas pousser, mais c'était plaisant ; c'était pas souvent qu'on me tendait une main. Bizarrement, je commençais même à éprouver de la sympathie pour ce type. Parce qu'il ne devait pas être autant un enfoiré que je l'étais. Aider mon camarade à se hisser, non, c'était même pas la peine, ça m'aurait même pas effleuré l'esprit, je partais dans l'optique que c'était chacun sa merde et basta, ça s'arrêtait là. Je ne pouvais même pas m'empêcher de ressentir un peu de culpabilité parce que j'avais oublié son nom, mais ça, inutile de lui préciser, il n'avait pas besoin de le savoir, et je pouvais très bien me démerder sans avoir à l'appeler par son prénom. « On commence à chercher où ? Je pense qu’il faut qu’on reste ensemble, ce n’est pas pour rien qu’ils nous ont mis ensemble hein ? Sinon la mission on aurait pût la faire tout seul. » Ah, je devais bien dire qu’il marquait des points, parce que, traitez-moi de couard si cela peut vous faire plaisir, je n’avais pas du tout, mais alors pas du tout l’intention d’explorer ce bateau sans lui.

Le secret, c’était de ne rien laisser paraître. Oui, je pouvais flipper comme une fillette dans le noir (la seule fois où j’avais eu affaire aux deux boules, je m’en souvenais comme si c’était hier, et leur chat me restait un tantinet en travers de la gorge), les Tweedles étaient assez, allez savoir, soit stupides soit vicieux pour nous avoir tendu un piège dans lequel on avait aveuglément sauté, et j’estimais avoir des raisons d’avoir peur. Mais j’avais continuellement sur le visage une tête blasée, et ça aurait pu être écrit en néon clignotant sur mon front "je-m’en-fous" que ça n’aurait fait aucune différence. En mon fort intérieur, je tremblais d’avance si on en venait à se séparer, mais que nenni, ma tête de "sans peur et sans reproches" niait tout cela. Mais je jouais un rôle. J’étais pas impressionné par tout ça. Alors, je continuais dans le rôle. « On irait peut-être plus vite si on se séparait. » Puuuur pipo. J’avais aucune intention de m’en aller sans lui. C’était juste pour le rôle, le rôle. Alors, pour l’empêcher d’approuver, des fois qu’il trouve une once de raison à ce que je ne souhaitais pas, je poursuivi, sans lui laisser le temps d’en placer une. « Mais t’as peut-être raison. On ferait mieux d’y aller ensemble. Je propose qu’on commence par fouiller sur le pont, puisqu’on y est, autant chercher, ça nous évitera de descendre pour rien si elles sont là, ces putains d’huîtres. Et ensuite, peut-être la cale ? On verra bien. » Et voilà, que, le dos rond, je me mettais à inspecter le moindre interstice entre deux planches de bois pour guetter la moindre trace d’huître. J’avais l’air con de surcroît. Mais je m’arrangeais pour garder le type dans mon champ de vision. Des fois que.
Code by Anarchy



❝PHILEAS SWANN ORWELL❞
c'était là encore une expression de sa fabuleuse faculté d'embellir la réalité. je lui envie, ce don. pour ma part, j'ai plutôt tendance à me dire, quand un bébé sourit, que c'est un réflexe. une étoile qui file n'est sans doute qu'un satellite télé naufragé, le chant des oiseaux est rempli de menaces envers les intrus, et Jésus n'a probablement jamais existé, en tout cas pas à cet endroit et à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ AGE IRL : 25
→ MESSAGES : 37
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 28/07/2012
→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : JACAGE.
→ LOCALISATION : No where

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïf. Ouvert. Hyper-sensible. Tendre. Dévoué. Charismatique. Farouche. Borné. Exigeant. Résigné. Rancunier Docile.
Inventaire: Glaive Vorplain, son cervau et un parapluie.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Mar 21 Aoû - 0:52

Orwell & Rosenbach
« Voguez, voguez sur son dos;
Voguez, voguez sur les flots.»

Lysander ne parlait pas, mais n’en pensait pas moins. D’une ce n’était pas un beau parleur, la tchatche n’était vraiment pas faite pour lui. Il aurait préféré faire cette mission tout seul, la seule compagnie qu’il appréciait est celle de Oz ou Salem. Le reste lui importait peu. Cela peut paraître surprenant, idiot mais s’était comme ça. Pourtant aujourd’hui il avait décidé de faire un effort pour son compagnon. Après tout ils étaient dans la même merde alors autant se serrer les coudes non ? Sinon c’est clair qu’ils n’allaient pas y arrivé ! Alors il rangea son côté ani-social pour s’ouvrir un peu. Lysander se mit à rire en l’entendant, genre il pouvait y avoir pire !

« Je sais pas ce que tu fumes mais il va falloir que tu m’en passes ! Au pire eh bien ça sera pire hein ? On pourra rien n’y faire ! les Tweedles nous veulent mort je suis sûr ! On aura peut-être pas le choix de mourir une deuxième fois. »

Lysander s’arrêta de rire :

« C’est peut-être ça notre lot : avoir la chance de mourir encore une fois et de quitter ce monde… »

Il serait obligé de quitter Oz, Salem mais si tel était le prix à payer alors il allait faire ce sacrifice. Il ne supportait plus de vivre, il devait l’avouer. Lysander estimait qu’il n’avait plus rien à perdre : il n’y a rien de plus dangereux qu’un homme qui n’a plus rien à perdre. L’eau était froide mais Lysander adorait le froid ! La chaleur ? Très peu pour lui ! Alors tranquillement il nagea vers ce bateau qui donnait des frissons dans le dos. Plus il s’approchait, plus il se sentait mal en quelque sorte. Il ne saurait dire pourquoi mais il se sentait oppresser. Lysander attrapa l’échelle qui pendait et tapait contre la coq du bateau avant de tendre la main à son coéquipier. Une fois sur le pont, il exposa son plan à Phileas. Il n’était pas peureux de nature : au contraire dans le genre tête brûlé on ne faisait pas mieux donc partir en exploration tout seul ne le dérangeait absolument pas ! Son coequpier proposa de se séparer pour aller plus vite, il ne laissa pas le temps à Lysander de répondre puisqu’il enchaîna tout de suite qu’il avait raison et que rester ensemble n’était pas une si mauvaise idée. Bien maintenant qu’ils étaient d’accord sur le poing il n’y avait plus qu’à chercher ces huîtres de malheurs ! Plus vite ils les trouvaient, plus vite il pourrait retourner dans son coin à réfléchir sur sa vie et ses erreurs.

« Je te suis. »

Lysander parti à l’opposé de Phileas, il avait sorti son arme : sait-on jamais qu’il y ait des créatures bizarres. Mieux valait prévenir que guérir hein ? Il grattait entre les lattes du sol pour bien vérifié. Les flap flap de l’eau sur la coque le stressait au plus haut point. Dès qu’une vague poussait le bateau, ce dernier grinçait lugubrement. Cela fit sourire l’ancien neurologue qui avait l’impression d’être dans un film d’horreur. Après avoir cherché dans sa partie, il se redressa pour chercher du regard son compagnon :

« Rien par là. Et toi ? »

Lysander s’approcha de lui, lui donna un coup de coude amical et dit d’une voix enjouée :

« Allez viens on descend ! »

Un clin d’œil et il était déjà partit. On ne le tenait plus, il avait pris goût à l’aventure et ça personne ne pourrait lui ôter !

.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

nous sommes tous fous

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 362
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : Rick Genest
→ CREDITS : Marleen & PEPPERLAND
→ LOCALISATION : Un peu partout, un peu nul part ; errance
« A quoi bon
des chaussures de course haut de gamme
et une boussole fiable
si je ne sais même pas
tenir la carte dans le bon sens ? »


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Solitaire - Charismatique - Déterminé - Manipulateur - Violent - Introverti - Blessé - Hypocrite - Blasé - Louche - Réaliste - Sûr de lui - Traître - Égoïste - Amoureux - Rusé - Débrouillard - Impulsif - Sanguin - A tendance à regretter - Prudent - Méfiant - Cynique - Fourbe - Froid - Distant - Dépressif - Émotionnellement fragile - Plus faible qu'il n'y paraît
Inventaire: Parapluie et Cartes Rasoirs

MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Mer 22 Aoû - 6:56

Les fruits de mer au bateau.
Ft. Lysander & Phileas

Ça ressemblait à quoi, une huître, déjà ? Enfin, je situais quand même, je n'étais pas totalement débile, mais je ne m'étais jamais, au grand jamais amusé à écoper les poissonneries de mon vivant, et même si cela pouvait paraître étrange, je n'en avait que très rarement vu. Je n'étais pas le genre de type qui se sert des fêtes de fin d'année comme prétexte pour engloutir des dizaines de mollusques (trop cher pour ma misère), non, et je ne m’intéressait que peu aux animaux de tous horizons. Alors la taille, rien que la taille ? Plutôt grandes comme un pouce ou une main ? C'est que j'avais peur de les louper, les fameuses huîtres. Plutôt mourir que de refaire deux fois le même boulot (pour des prunes). Alors voilà, c'était mon problème actuel. Sans compter que nous étions dans un pays sans aucune logique, alors la tête des huîtres me paraissait être un problème abordable. Les huîtres que l'on connaissait de notre vivant pouvaient prendre une toute autre forme, ici, rien n'était dit qu'une huître, pour les Tweedles, ça ne prenait pas la forme d'un gros cochon bleu. Suffisait de ramener une huître pour qu'on nous dise que c'est pas ça, ce qui est attendu (ne me faîtes par croire le contraire, c'est tout à fait leur genre). Il me semblait légitime de se poser des questions à ce sujet.

« Je sais pas ce que tu fumes mais il va falloir que tu m’en passes ! Au pire eh bien ça sera pire hein ? On pourra rien n’y faire ! les Tweedles nous veulent mort je suis sûr ! On aura peut-être pas le choix de mourir une deuxième fois. » Il s’était mis à rire, puis s’était tu, et avait enchaîné. « C’est peut-être ça notre lot : avoir la chance de mourir encore une fois et de quitter ce monde… » Hein ? Ce que je fumais ? Oh, de mon vivant, des tas de trucs, s'il savait, mais plus depuis que j'étais mort (difficile de trouver du crack ici). En tout cas, je trouvais ses paroles bien fatalistes. Non, je ne voulais pas mourir une seconde fois, hors de question. Je pinçais les lèvres, signe que je n’approuvais pas tellement son discours, et mon contentais de répondre. « Malheureusement, j’ai même plus la moindre clope, donc faudra faire sans. Et non, vraiment, je ne tiens pas à quitter ce pays, non pas que je l’aime, mais je ne veux pas connaître son issue, si tu vois ce que je veux dire. » Et même s’il ne voyait pas ce que je voulais dire, peu importe, j’estimais le débat clos.

Bon, le point très positif, c’était qu’il n’avait pas réagi à ma proposition de se séparer, une fois sur le bateau. Tant mieux. D’ailleurs, il me plaisiait bien. Il approuvait mes paroles. C’était un gentil garcon. Enfin, un gentil garçon, je ne préférais pas parler trop vite, mais en tout cas, il en avait l’air. Et le gentil garçon et moi, on examinait tout ce que l’on pouvait examiner sur le pont. Pendant que nous cherchions désespérément les mollusques, sur le ton de la conversation, pour rompre le silence (jusqu’alors uniquement brisé par les grincements peu engageants du bateau), je lui demandais quelque chose qui me trottait dans la tête, rien d’important, mais. « Les oursins machiavéliques, hein ? C’est ridicule. Et encore, c’est pas nous qui avons le pire nom. » Et pendant que je lui parlais, je me penchais, inspectant attentivement le moindre interstice entre deux lattes de bois au sol, je regardais sur les quelques débris de tonneaux qui jonchaient le sol, près de la proue du bateau, près du gouvernail, bref, n’importe où ou une huître aurait pu se cacher, enfin n’importe où ou les Tweedles pouvaient cacher une huître. « Rien par là. Et toi ? » « Rien non plus. Fait chier. » Et alors qu’il s’approchait de moi, il me donna une tape amicale. « Allez viens on descend ! » Oulà. J’avais aucune envie de descendre, mais alors pas du tout. L’air marin, très peu pour moi. Je priais pour que mon mal de mer ne s’accentue pas en descendant. Et surtout, je ne voulais même pas imaginer ce que j’allais voir en dessus de mes pieds. « Euh… J’arrive. Laisse-moi deux minutes, j’ai le mal de mer. » Et après les deux minutes règlementaires, je le rejoinis dans la cale. C’était dans un bordel monstre, pour décrire les choses telles qu’elles étaient, et franchement, trouver une huître là-dedans, ça allait être coton. Surtout s’il y en avait beaucoup, des pièces comme ça, à visiter.
Code by Anarchy




❝PHILEAS SWANN ORWELL❞
c'était là encore une expression de sa fabuleuse faculté d'embellir la réalité. je lui envie, ce don. pour ma part, j'ai plutôt tendance à me dire, quand un bébé sourit, que c'est un réflexe. une étoile qui file n'est sans doute qu'un satellite télé naufragé, le chant des oiseaux est rempli de menaces envers les intrus, et Jésus n'a probablement jamais existé, en tout cas pas à cet endroit et à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ AGE IRL : 25
→ MESSAGES : 37
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 28/07/2012
→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : JACAGE.
→ LOCALISATION : No where

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïf. Ouvert. Hyper-sensible. Tendre. Dévoué. Charismatique. Farouche. Borné. Exigeant. Résigné. Rancunier Docile.
Inventaire: Glaive Vorplain, son cervau et un parapluie.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Ven 24 Aoû - 22:36

Orwell & Rosenbach
« Voguez, voguez sur son dos;
Voguez, voguez sur les flots.»

Mourir pour sortir de ce monde : cool comme plan ! Cela plaisait à Lysander qui ne tenait plus à la sienne. Aller savoir pourquoi, il avait perdu le goût à tout et n'aspirait qu'à une chose : reposer ENFIN en paix. Phileas ne voulait pas : tant pis. Il goûterait tout seul à cette douce récompense. L'issue lui semblait excellente : sortir de ce cauchemar ! Son petit doigt lui disait que ce monde n'en avait pas finit avec eux et que les Tweedles avaient des plans démoniaques.

« Pourquoi ? Tu connais le nom des autres ? Sincèrement je crois qu'il ne faut pas chercher une logique à notre nom n'oublions pas que ce sont les Tweedles qui nous on nommés !  »

Lysander arpentait le bateau, il avait l'impression d'être retombé en enfance quand avec sa sœur ils jouaient aux pirates dans la cabane que leur père avait construite dans l'arbre centenaire à côté de chez eux. Les sabres étaient faits de bois et de feuilles mais qu'est-ce qu'ils rigolaient à jouer ainsi. Pas peureux pour deux sous, il ne craignait pas les revenants ou autre ne croyant pas à ces supercheries. Au pire il y auraient des chats zombies ou d'autres créatures que l'esprit d'Alice créaient à son bon vouloir. Rien qu'en y pensant, Lysander serra son sabre prêt à attaquer si besoin ou bien à se défendre suivant la bêbettes qui allaient lui tomber dessus enfin leur puisqu'ils étaient deux ! D'ailleurs, en entendant plus son compagnon de fortune et n'ayant rien trouvé, il décida de retourner le voir pour savoir si sa pêche avait été fructueuse ou non. Phileas n'avait rien trouvé : tant pis ils allaient devoir descendre et rien que cette idée excitait le neurologue mais moins son camarade. Tant pis, encore une fois il allait savourer l'instant tout seul. Lysander partit devant puisque Phil avait le mal de mer. Étrangement, les torches sur le murs étaient allumés : tant mieux. Cela ne l'étonnait pas et s'était pratique alors pourquoi se plaindre ?! La pièce était ainsi très bien éclairé et ils allaient pouvoir avoir un bon visuel. Lysander attrapa une torche. En entendant les lattes craqués derrière lui, le médecin se retourna :

« Bon eh bien commençons. Tu prends à droite je prends à gauche ? »

Sans attendre une réponse quelconque, Lysander se mit au travail. Il était excité comme une puce : cette chasse au trésor lui remontait le moral à un point inimaginable. Certes il était de nature farouche mais bizarrement ce trait de caractère avait disparu. Cela changeait du quotidien : chercher de la bouffe, chercher de l'eau, dormir, chercher de la bouffe, chercher de l'eau, dormir bref le train train quotidien version Wonderland ! Oh il faut ajouter à ces habitudes le verbe survivre et résister qui se conjuguent toujours au présent. Lysander se mit à plat ventre pour regarder sous des fûts, en se relevant il tomba nez à nez avec un squelette ce qui le fit sursauter.

« Je crois que nous ne sommes pas les premiers à descendre. »

Il éclaira le visage et le corps du malheureux, un trou dans le crâne. Que voulez-vous ses instincts de médecins ressortaient tout de suite. Il avait tellement peu d'occasion de pouvoir étaler sa science. Son travail ne servait pas ici : il ne pouvait pas étudier tranquillement les cerveaux des chats zombies ou autres créatures.

« Impact par balle, une balle entre les deux yeux : une exécution probablement. Je ne sais pas si c'est un bateau pirate mais espérons que leurs fantômes ne sont pas sur le navire sinon je crois que nous aurons le même sort que ce malheureux, enfin si ça ce trouve ils sont plusieurs dans ce cas là. »

Lysander se releva et reprit ses recherches, soudain il cru voir une huître. Il s'approcha rapidement mais elle disparu à l'instant où il l'effleura. Il tourna la tête et vit un truc courir sur les tonneaux :

« OH P*****! Phileas je crois qu'elles marchent les bitchs ! Dis moi que j'hallucine. »

Demanda-t-il en suivant avec la torche les allées et venues de la chose.

« Ah non c'était un mome-raths mutant. P**** ce bateau me rends barge je crois ! »

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

cet endroit a quelque peu changé

→ MESSAGES : 6
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 03/06/2012
→ AVATAR : Nous, eux, vous
→ LOCALISATION : Peut-être ici, ou là, ou à l'opposé de ce que tu crois.

TWEEDLE DEE TWEEDLE DUM
[...] si l'on boit une bonne partie du contenu d'une bouteille portant l'étiquette : poison, ça ne manque presque jamais, tôt ou tard, d'être mauvais pour la santé.


MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   Dim 9 Sep - 13:02





lls sont là, ricanent, rigolent de tout et de rien. Ils se cachent dans l'obscurité, attendent le moment propice pour faire leur sordide entrée. Ils se moquent de tout, roulent un peu partout tout en déblatérant des paroles saugrenues. Est-ce Dee ou Dum ? Dum ou Dee ? Qui est l'un ? Qui est l'autre ? Difficile à dire. Ils se cassent la figure à plusieurs reprises dans ce bateau de malheur. Pauvres huîtres folles, elles sont perdues. En ce jour, c'est le tour des oursins machiavéliques. Les jumeaux se lancent, tanguent comme ce vieux tas de bois qui continue de tenir debout. Ils sont là, attendant l'arrivée des deux jeunes décédés. Une pièce quelconque, et voilà les deux joyeux lurons qui paraissent perdus. Ne vous inquiétez pas les enfants, les Tweedle vont vous aider - ou pas. « Bonjour. » « Ou bonsoir, selon votre état d'esprit ! » Ils se mettent à tourner autour des deux hommes sans aucune classe ni finesse, regardent de haut en bas, de bas en haut tout en riant comme deux enfants. « Pour trouver nos huîtres, il va falloir nous écouter ! » « Parce que nous savons, et vous vous ne savez pas que nous savons. » « Une petite aide, comme ceci, comme cela. Mais, écoutez bien, nous allons nous lancer, à 3 ! » Ils se tiennent par la main, ouvrent une porte, tout deux secouent leurs têtes de gauche à droite, et inversement. « Pour trouver nos huîtres, il va falloir passer par ce couloir - » « Mystique, tout à fait ! » « Gare à vous les amis, il parait innocent, mais dans les tableaux se cachent - » « Des p'tites bêtes. » Aucune précision, pourtant, ils ne peuvent faire mieux. Dans ce couloir sombre, des tableaux d'anciens capitaines anciens matelots, osez le traverser, des fantômes viendront vous embêter. Les jumeaux fixent un instant le plafond. « Mais, non, l'histoire ne peut se finir là ! » « C'est bien vrai. A la fin de ce couloir, il y aura une porte. Vous verrez un mât, et nos huîtres ? » « Tout en haut de ce mât. Il va falloir grimper, mais, sur du bois pourri, ça risque d'être compliqué. » « Une chute est si vite arrivée. » Ils explosent de rire, se mettent à rouler au sol à nouveau, tout en chantonnant une comptine. C'est disparaitre pour mieux apparaitre. Un couloir sordide, un mât à moitié craqué. La mort, à nouveau, ça vous tente ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]   

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE ; Les fruits de mer au bateau. [Lysander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS
» Résumé de l'intrigue
» 5 fruits par jour
» MOELLEUX DE SEMOULE AUX FRUITS
» Le Bateau Cygne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: LE PAYS DES MERVEILLES :: Île de la Simili-Tortue :: Bâteau fantôme-