AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 INTRIGUE — Les Gambas Écervelées (Salem & Venetia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

le pays des merveilles, reste amoché dans ton coeur

→ AGE IRL : 24
→ MESSAGES : 958
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 24/08/2011
→ AVATAR : Mary Elizabeth Winstead
→ CREDITS : Mistaken
→ LOCALISATION : Sous les pétales … euh quelque part … dans le Jardin fleuri je dirais
PLEASE DREAM SOFTLY
SWEET SLEEPING BEAUTY
N'importe quel sot peut dire la vérité, mais il faut qu'un homme soit un peu sensé pour savoir bien mentir.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïve – Faussement cynique – Créative – Bornée – Réservée – Têtue – Minutieuse – Paranoïaque – Menteuse – Complexée – Observatrice – Cultivée – Givrée – Pointilleuse – Pétillante – Sauvage – Instable – Cireuse de pompe
Inventaire: Ombrelle & Maillet de Croquet

MessageSujet: INTRIGUE — Les Gambas Écervelées (Salem & Venetia)   Lun 20 Aoû - 18:17

Salem Ҩ Venetia
« Entre ces murs du fond des âges; On y trouve des breuvages à nombreux usages. »


Venetia secoua la tête d'un air désapprobateur en passant son doigt sur un étrange bocal et contempla, horrifiée, une sorte de grumeaux mauve qui était resté collé à son doigt en passant sur le goulot. Et on fabriquait des trucs, ici ? Qu'est-ce qu'on pouvait bien sortir d'une salle remplie de bocaux multicolores, de bestioles insolites flottants dedans ? Des explosifs ? Du poison ? La jeune femme secoua la tête, dépitée et ferma un instant les yeux en se pinçant l'arrête du nez. Mais qu'est-ce qui lui avait prit ? D'accord, elle aimait les huitres, elle adorait ça même, c'était un de ses plats préférés, mais elle avait appris à se méfier de tout ce qui touchait à ce pays de dingues. Les petites huitres ne pouvaient décemment pas être des huitres normales, pas le genre que Venetia aurait pu un jour voir de son vivant. La jeune femme secoua de nouveau la tête avant de se retourner vers son coéquipier et plissa de nouveau les yeux. Non mais sérieusement qu'est-ce qui lui avait prit de jouer les aventurières pour ces deux boules de billards qui avaient d'ailleurs déjà attentes à sa vie et à celle d'un certain Phileas, loin des plus agréables d'ailleurs, lui demander de faire face à la bestiole sans poil que Truc et Muche avaient laissé sur leur passage … Enfin bref, ce qui était fait était fait, et puis au moins elle s'en était sortie, c'était déjà ça.

Ce jour là, elle aurait sûrement mieux fait de rester dans le Jardin avec les fleurs plutôt que partir en vadrouille, écouter courageusement Lisie, le grand lysanthius cracher ses médisances sur les autres fleurs aurait été nettement plus simple qu'envoyer les deux boules géantes se faire voir. Volontaire, volontaire, c'était vite dit, elle était moyennement volontaire en fait. Récompense ou pas récompense. Le problème, c'est qu'elle avait vu de quoi ils étaient capable pour embêter le monde, elle avait préféré ne pas s'attirer de problèmes, elle n'avait pas compris quelles pouvaient être les motivations des autres, mais elle doutait qu'ils aient été aussi enthousiastes s'ils avaient déjà eu affaire à Tic et Tac. Pourtant, elle avait vu Phileas dans la petite troupe qui avait entrepris les recherches, parti avec un homme chercher les huitres. Était-il aussi idiot qu'il en avait l'air ? La quête des deux zygotes sentait les problèmes à plein nez. Pourquoi ne pas les chercher tout seul, d'abord ? Surtout dans ce monde ou le voisin était généralement cinglé, mais en admettant, pourquoi devoir avoir recourt à des énigmes ? Et Venetia avait bien remarqué avec quelle hilarité mal cachée ils avaient évoqué la possibilité de leur mort dans toute cette histoire, comme s'ils n'étaient que des quantités négligeables, des dommages collatéraux. Elle serra les lèvres en soupirant, se rapprochant de l'homme qui l'accompagnait, si jamais Tom et Jerry se ramenaient, elle n'avait pas envie de subir leur courroux en aillant l'air de ne rien faire.

Déjà que c'était un vrai miracle qu'ils aient réussi à se faufiler dans cette salle mine de rien … on disait qu'il ne valait mieux pas rentrer dans cette salle sans la propriétaire des lieux. Ou du moins, c'était ce que racontaient Rose et Marguerite, qui tenaient elles-même leur informations de passants, mais malgré ça, Venetia avait prit l'habitude de croire les fleurs du Jardin qui se révélaient très bonnes conseillères et avait souvent raison. Et puis, elle-même avait déjà eu l'occasion d'apercevoir les amas de fumées colorées qui s'échappaient des fenêtres du château, lorsqu'elle était perchée en équilibre sur la tige de la grande Rose au milieu du jardin. Venetia frissonna en imaginant ce qui pourrait leur arriver si jamais on les trouvait là, même si elle avait pensé à refermer la porte derrière eux, histoire d'être un minimum tranquille. Elle resserra sa prise sur son maillet de croquet.

« Au fait, je m'appelle … » Elle hésita pendant une fraction de secondes, décidant ce qu'il fallait faire « …Riley, juste comme ça, au passage » Non, elle préférait rester fidèle à elle-même, et cela impliquait mensonge et secret, bien entendu. La jeune femme dévisagea l'homme en se demandant ce qu'ils pouvaient bien faire, elle se voyait mal chercher ces fichues huitres, mais elle ne voulait pas avoir l'air de rien faire, et encore moins le perdre de vue plus qu'il ne l'était nécessaire. Elle était déjà morte une fois, si elle pouvait s'éviter des deuxièmes funérailles, c'était aussi bien. « Tiens, toujours au passage, j'ai une question … » Il fallait bien que l'un d'entre eux fasse la conversation quand même, histoire de combler le silence, déjà que ça n'allait pas être une partie de plaisir, si en plus ils devaient s'ennuyer ferme, où était l'intérêt ? Franchement ? « … pourquoi est-ce qu'on est les "Gambas Écervelés" ? Hein ? Non mais sérieusement, tous les autres ont eu des noms sympa ! Si, bien sûr, on met à part les baleines enrobées … » glissa t-elle en ricanant. Même si les deux filles qui avaient hérité du surnom de le méritaient certainement pas, c'était toujours intéressant de voir que ce n'était pas elle qui en avait hérité. « … bon bref, on si met ? , proposa t-elle en regardant le bazar ambiant, non mais quel endroit de fou, vraiment ! Quel bordel !

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dpalternatif.com/
avatar

on peut changer en bien ou en mal

→ MESSAGES : 105
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 16/06/2012
→ AVATAR : oldman.
→ CREDITS : broccoli pie.
→ LOCALISATION : château de la reine blanche à faire des expériences.

REDRUM
Couché dans son lit, les yeux ouverts, le bras gauche serrant son vieil ours fatigué (Pooh avait perdu un de ses yeux en boutons et sa bourre s'échappait par douzaine de coutures éclatées), Danny écoutait dormir ses parents dans leur chambre.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: uc
Inventaire: cheval bâton en fer noir.

MessageSujet: Re: INTRIGUE — Les Gambas Écervelées (Salem & Venetia)   Ven 24 Aoû - 8:27


❝ Ce dont je me souviens, en revanche, c'est un sentiment que j'avais déjà éprouvé à cet endroit, en particulier lorsque je parcourais seul ce bout de chemin. Le sentiment que la réalité est mince. Je considère d'ailleurs qu'elle est vraiment mince, mince comme la glace d'un lac après un dégel de janvier, et que nous remplissons notre existence de bruit, de lumière et de mouvement pour ne pas voir ce manque de consistance. ❞

Des huîtres, petits êtres visqueux à souhait. Je reste stoïque, les Tweedle s'amusent de nous, ricanent de notre triste sort. Mourir, pour vivre à nouveau dans ce lieu bien étrange. Ici, il n'est plus question de prendre un thé le matin et de s'amuser avec le chien l'après-midi. Non, ici c'est ruine pour le petit déjeuner, pot-mirette pour le déjeuner et pour le dîner un bon gros chatfoin. C'est une vie trépidante, une vie un peu morte en même temps. Devoir s'attarder à chercher des bêtises, des choses qui ne devraient même pas exister. Lieu de bonheur, lieu de malheur. Pourquoi lui, pourquoi elle, pourquoi nous ? Un duo se forme, un prénom bidon. Et la chose commence à suivre. Je me retrouve avec jeune femme surement âgée de la vingtaine, les cheveux sombres et la peau pâle. Notre nom ? Les gambas écervelées. C'est à se demander si c'est flatteur, ou non. De toute manière, sortant de la bouche des deux petits gros, plus rien n'étonne. Notre lieu à fouiller ? La salle des potions. Quel bonheur, que dis-je quelle bénédiction ! Ce lieu reste celui que je préfère. Pouvoir fabriquer des choses avec des ingrédients loufoques. Comme des doigts, ou des yeux d'ailleurs. La reine blanche devait être une femme originale, une femme à approcher ... Ou pas. Dans ce lieu, il n'y a plus de la poussière à perte de vue, des potions qui traînent et sachez qu'il ne vaut mieux pas les boire. La première fois qu'Alice est venue ici, parait-il qu'elle est devenue petite, puis après, beaucoup trop grande. Il ne faut pas tenter le diable. C'est vrai, quand vous buvez une fiole avec marqué : buvez moi, faut commencer à se poser des questions. Juste comme ça, ce n'est pas obligatoire. Allez savoir quelle récompense nous allons avoir ? Un chapeau à la Tweedle, des coquilles d'huîtres en collier ? Ou pire, cette histoire est peut-être un stratagème pour mieux nous tuer. Mais, je veux dire : vraiment. La première mort, ce n'était que de la rigolade, une bonne poilante autour du feu. Maintenant, tout est différent. Mourir à nouveau ? Puis quoi encore. Même si cet endroit, est une catastrophe sur pieds, l'être humain peut être étrange parfois, vouloir survivre dans un lieu hostile où tout pourrait penser à n'être qu'une illusion. Pas de folie ici, bien pire. Je ne pourrais dire pourquoi, mais j'ai envie de rire. Oh bon dieu oui, l'euphorie grimpe dans ma gorge, je ne saurais expliquer la raison, peut-être est-ce nerveux ? Ou tout simplement parce que nous allons toquer à la porte de la mort à nouveau. Qui sait ce que peut nous réserver cet endroit ? Surtout avec cette femme. Tout le monde commence à douter, à ne plus se faire confiance. Là, plus le choix. Il va falloir se jeter dans la gueule du loup, sans broncher.
Voilà maintenant l'énorme pièce, la lumière passe à travers les vitres brisées. Un sourire se jette sur mon visage, sans que je le remarque réellement. La porte grinçante, fermée, maintenant, il n'y a plus que nous deux. Ou peut-être une bestiole est cachée ? Par automatisme, j'empoigne fermement l'arme que j'ai reçu. Elle est étrange, une genre de tête de cheval avec un bâton au bout. En métal en plus. Dure dure la vie quand on atteint la quarantaine. Mes yeux se posent à gauche, à droite. Par où commencer ? Et si ouvrir une boite, ou quelque chose était une fourberie ? C'est le bazar. Ici, là, dans ma tête, et peut-être dans la sienne aussi. « Au fait, je m'appelle Riley, juste comme ça, au passage » Riley, prénom original pour une femme aussi féminine je dirais. Ceci étant, je ne peux qu'hocher la tête, je n'ai même pas le temps de parler, pas le temps de dire ' ouf ' que demoiselle (ou madame) Riley enchaîne. Je parierais qu'elle est anxieuse. « … pourquoi est-ce qu'on est les "Gambas Écervelés" ? Hein ? Non mais sérieusement, tous les autres ont eu des noms sympa ! Si, bien sûr, on met à part les baleines enrobées… bon bref, on si met ? » Très bonne question, il est clair qu'on pourrait écrire toute une thèse sur le pourquoi du comment les choses arrivent. Du genre, pourquoi je suis Salem et elle Riley ? Pourquoi ne suis-je pas Riley et elle Salem ? Allez savoir. Les esprits des jumeaux, sont étranges, détraqués. A la longue, on finira même par se demander, pourquoi mourir, pourquoi ne pas mourir, pourquoi Alice et pourquoi pas Alice ? Ce serait rendre fou le plus grand des philosophes, rendre malade le plus sage des chinois. « Salem. Je suis Salem, enchanté Riley. » Toujours avec le sourire, bien évidemment ! Il ne faut pas tirer la tête parce que nous faisons le sale boulot ici. De toute manière, nous serons ici jusqu'à la fin, autant s'occuper comme il faut. Mes pieds s'écrasent sur le carrelage, je lève mes yeux au plafond. Nous ne sommes pas à l'abri d'une mauvaise surprise. C'est vrai, le monstre pourrait se jeter sur nous en hurlant : petit cadeau des jumeaux. Puis, nous dévorer, nous brûler, nous jeter par dessus la fenêtre. Tant de possibilités ! « Gambas pour rester dans l'esprit mer et compagnie, je suppose. Et pour écervelées, et bien, peut-être parce que nos esprits sont amochés ? » Simple supposition, comme ceci, comme cela. J'ai peut-être tout faux, bien que je pense avoir raison. Je me met à rire en coin, l'air de rien. La situation deviendrait presque drôle à voir. L'une est anxieuse pendant que l'autre est en train de craquer. Quel tableau pitoyable. Je m'avance vers une étagère. Mes doigts se glissent sur les flacons. Il y a des petits, puis des grands. Dans les grands, il y a des bêtes étranges. Dans l'un on dirait un genre de bébé chatfoin, mais loin d'être à terme. Une mine de dégoût s'affiche sur mon visage, je prends le bocal entre mes doigts. « De la gelée de chat. Tu veux goûter ? » J'écarquille les yeux, de manière abusive. Non loin de là, l'idée de me moquer. Mais, quitte à avoir une partenaire, autant engager la conversation, pour éviter à son coeur d'exploser contre sa poitrine. Je regarde un autre bocal et me met à rire. « Confiture de mome-raths. Quel joyeux festin. » Je n'ai jamais réellement commencé à prendre le temps de bien regarder, et pour tout dire, le spectacle est pire que macabre. Pauvres bestioles, surtout les mome-raths. Je vois des petites bulles qui explosent dans ce récipient, et pour tout dire, j'en ai l'estomac tout retourné. « En tout cas, elles doivent pas être bien loin je pense. Du moins, je l'espère. »



C'est le gwand, le tewwible Oz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

le pays des merveilles, reste amoché dans ton coeur

→ AGE IRL : 24
→ MESSAGES : 958
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 24/08/2011
→ AVATAR : Mary Elizabeth Winstead
→ CREDITS : Mistaken
→ LOCALISATION : Sous les pétales … euh quelque part … dans le Jardin fleuri je dirais
PLEASE DREAM SOFTLY
SWEET SLEEPING BEAUTY
N'importe quel sot peut dire la vérité, mais il faut qu'un homme soit un peu sensé pour savoir bien mentir.


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Naïve – Faussement cynique – Créative – Bornée – Réservée – Têtue – Minutieuse – Paranoïaque – Menteuse – Complexée – Observatrice – Cultivée – Givrée – Pointilleuse – Pétillante – Sauvage – Instable – Cireuse de pompe
Inventaire: Ombrelle & Maillet de Croquet

MessageSujet: Re: INTRIGUE — Les Gambas Écervelées (Salem & Venetia)   Mar 4 Sep - 8:36

Salem Ҩ Venetia
« Entre ces murs du fond des âges; On y trouve des breuvages à nombreux usages. »


Bon, à première vue, Venetia ne semblait pas être tombée sur une des nombreuses âmes en perdition qui avait la malchance d'avoir fini par perdre la raison à cause de ce monde de cinglé. C'était déjà un bon point. Mais il ne fallait pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, c'était une des nombreuses choses qu'elle avait finit par apprendre à force de survivre ici-bas. En quelques mots, elle n'allait pas le perdre de vue une seule seconde ni même se risquer à s'éloigner de son maillet tant qu'elle n'aurait pas déterminé de quel bois il était fait et s'il représentait un danger potentiel ou pas. Parce qu'elle avait fini par avoir la poisse et croiser le chemin de certains fous dangereux qui ne devait leur folie à personne d'autre qu'eux-même (par opposition, certaines personnes parmi lesquelles Venetia se comptait pouvaient rejeter la faute sur une surexposition à ce monde de cinglé pour expliquer leurs accès de folie). Et ces personnes là étaient bien plus dangereuses que les monstres eux-même. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils avaient l'air sain d'esprit, qu'ils étaient propres sur eux et même en général charmant et charmeurs. Leur seul problème ? Oh, une broutille en vérité : ils essayaient de tuer tout ce qui était vivant et qui avait le malheur de leur passer sous la main. En vérité, un cinglé qui avait finit par se parler tout seul représentait finalement un moins grand danger que quelqu'un capable d'avoir une conversation normale et censée. Problème ? Ces gens cinglés n'avaient pas de conversation.

« Salem. Je suis Salem, enchanté Riley. » Elle hocha de la tête, simplement pour lui montrer qu'elle avait bien compris, elle avait juste besoin de le faire parler, de l'occuper un peu, histoire de savoir à qui elle avait affaire, pas besoin de devenir super pote avec lui, mais jusqu'ici, il avait plutôt de bonne manière. Bon point pour lui. Elle continua de le regarder faire : inspecter les coins, regarder le plafond, s'intéresser aux bocaux. Il était curieux, le problème c'est qu'elle ne savait plus si c'était plutôt une bonne chose ou plutôt une mauvaise chose. « Gambas pour rester dans l'esprit mer et compagnie, je suppose. Et pour écervelées, et bien, peut-être parce que nos esprits sont amochés ? » Venetia fronça des sourcils. Et le voilà qui se mettait à rire pour lui même. Un poète. Génial, elle était tombé sur un poète. Ou un philosophe. Bon sang, elle avait carrément eu le droit au jacpot, un poète philosophe. C'était probablement ce qui se faisait de pire dans le milieu littéraire et elle le connaissait le milieu littéraire. Ils se prenaient généralement trop la tête. Ou celle des autres occasionnellement, et faisaient se sentir idiot tous ceux qui ne les comprenaient pas ou ne se donnaient pas la peine de les comprendre (Venetia faisait partie du lot, jugeant qu'ils n'avaient qu'à s'adapter à la société dont il faisait partie comme n'importe qui, est-ce qu'elle allait enquiquiner les gens avec des figures littéraires et du charabia enrubanné ? Non). À son tour de proposer une réponse. « Ouais … Ou alors, ils voulaient juste se foutre de nous, comme pour enfoncer le clou un peu plus, déjà qu'on est assez fou pour se jeter dans une telle quête, je pari ma réserve de baies que c'est pour les becqueter les p'tites huitres ! Rien de moins. Ces deux boules de billard semblent n'avoir aucune considération pour la vie des autres, même pour les huitres qui ont une véritable conscience » Elle le lâcha trente secondes des yeux pour jeter un coup d'œil à son maillet, vérifier, pour rien, juste pour vérifier, que rien ne pouvait l'empêcher de le frapper cet énergumène si jamais il se révélait dangereux. Et tout d'un coup, elle ne se sentait plus si à l'aise d'avoir fermé la porte de la salle. Rien ne pouvait y entrer certes … mais ce serait aussi plus dur d'en ressortir en toute hâte. C'était ça d'avoir des idées géniales.

« De la gelée de chat. Tu veux goûter ? » Venetia remonta le regard immédiatement sur lui, l'imitant en faisant elle aussi une moue dégoutée. Est-ce qu'il était sérieux ? Comme dans vraiment sérieux. La jeune femme le scanda derechef de haut en bas. C'était fatiguant d'avoir l'air d'une peste et d'entretenir son image mais en attendant, c'était probablement ce qui lui avait sauvé la vie jusqu'ici, et si ça savait sa vie, alors elle allait sûrement continuer. « Non merci je crois que je vais m'en passer » Il semblait vouloir bien faire. Mais sans savoir comment s'y prendre. Il faisait donc parti (provisoirement) du deuxième groupe d'individu. Ce qui dans un sens était une bonne chose et une mauvaise. Bonne, parce que même si de son vivant il n'avait pas non plus appris à y faire, il essayait, c'est qu'il n'était donc pas complètement méchant. Mauvaise parce que c'était un peu préoccupant du coup. « Confiture de mome-raths. Quel joyeux festin. » Ok, maintenant c'était étiquette sur sa tête. Cinglé. Oui, Venetia ne se cassait pas la tête à faire dans la nuance et la compassion, ça consommait encore plus d'énergie, et maintenant qu'elle n'avait plus droit à ses biftecks, elle commençait à garder ses forces pour combattre les dangers mortels. « En tout cas, elles doivent pas être bien loin je pense. Du moins, je l'espère. » Une question lui chatouillait les lèvres à présent, elle n'avait jamais été très douée pour se retenir, plutôt du genre directe et franche, c'étai sûrement pourquoi elle n'avait pas beaucoup d'amis de son vivant en fait. Ça et le fait qu'elle passait près de 85% de son temps à … dormir et 10% à écrire. Ouais. « Pourquoi tu as accepté de les aider à les retrouver ? Tu avais déjà croisé Tic et Tac ou c'est pas pure et simple charité ? » Simple question de curiosité après tout. Elle, par exemple, c'était laissé entraîné là-dedans par peur des bibendums géants, mais elle avait du mal à croire que quelqu'un de sain puisse accepter de faire ça par simple charité. « En tout cas, j'espère bien que tu as raison, et qu'on les retrouvera vite. » Venetia soupira et se releva, commençant à observer un peu plus la salle sans jamais le lâcher des yeux. « Je suis sûre que ce sont eux qui les ont cachées dans cette salle ces foutues huitres, sinon comment ils sauraient elles sont exactement »

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dpalternatif.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: INTRIGUE — Les Gambas Écervelées (Salem & Venetia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE — Les Gambas Écervelées (Salem & Venetia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» Alheïri Salem Fenyang
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: LE PAYS DES MERVEILLES :: Château de la Reine Blanche Mirana :: Salle des potions-