AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 « come on baby, light my fire. » louve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 7
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 26/08/2012
→ AVATAR : Julia Johansen
→ CREDITS : Budgerigar
→ LOCALISATION :

MessageSujet: « come on baby, light my fire. » louve   Dim 26 Aoû - 18:44



Louve Désirée Prescott

« L'innocence sauve du désespoir. »


ÂGE: Je vais bientôt avoir vingt ans. Enfin, j'allais. Ou peut-être vais-je les avoir de toute façon ? Est-ce qu'on continue à compter, par ici ? Je suis un peu perdue, il faut m'excuser, 'faut dire qu'avant de débarquer, j'étais tranquillement en train de danser, et... Je ne sais plus, d'accord. DATE DE NAISSANCE: C'était un treize décembre. Et ça, je m'en souviens bien parce que le chiffre treize et moi, on est très copains. Je trouve qu'il sonne bien. Certaines mauvaises langues diront qu'il porte malheur, mais je ne vois absolument pas en quoi. Certes, il parait que je suis morte, mais il ne faut pas tirer des conclusions comme ça. LIEU DE NAISSANCE: Je suis née à Bexley, et j'y ai d'ailleurs vécu jusqu'à mes dix-huit ans. Si vous ne connaissez pas, c'est normal, moi-même j'ai du mal à le situer sur la carte d'Angleterre, alors, 'voyez... Ce n'était pourtant pas si petit que ça, mais c'est sûr qu'à côté de Londres, ça avait l'air ridicule. 'Faut dire que vous êtes un peu snobs, vous aussi, les londoniens. Alors avant qu'une quelconque réflexion soit lancée, non, je n'ai pas grandi parmi les vaches. Contents ? STATUT SOCIAL: Je suis prise, messieurs dames. Du moins, je l'étais. Je crois qu'il m'avait laissée tomber pour la soirée, mais ça c'était habituel, alors après tout, rien ne prouve qu'on a rompu. Si ça se trouve, je vais tellement lui manquer qu'il va me rejoindre. Non ? ARME CHOISIE: Armes ?! Comment ça, armes ? Je vais avoir besoin de me défendre, c'est ça ? Est-ce que c'est une sorte de Battle Royal revisité ? Parce que ça ne fait pas très sérieux... Bon, puisque vous insistez... Les cartes, là. Cartes rasoirs. Elles m'ont l'air assez inoffensives, dans le genre. Je ne veux faire de mal à personne, moi. MÉTIER: J'étais serveuse. Vous savez, le type de serveuse qui danse sur le comptoir pour amuser la galerie. Non ? Regardez Coyote Girls, vous comprendrez. Je n'en étais pas très fière, mais après tout, ça payait assez bien, et puis, ça me permettait de me consacrer à... Rien. Les ambitions et moi, ça a toujours fait dix, je crois. TRAITS DE CARACTÈRE PRINCIPAUX: Fragile – Influençable – Naïve – Excessive – Souriante – Enfantine – Irresponsable – Maladroite – Colérique – Râleuse – Susceptible – Rêveuse – Lâche – Idéaliste – Exubérante – Joueuse – Surexcitée – Franche – Distraite – Généreuse – Drôle – Candide – Impressionnable – Égocentrique – Créative – Peureuse – Pudique – Malchanceuse – Têtue – Exigeante – Enjouée – Paresseuse. CÉLÉBRITÉ: Julia Johansen. CRÉDITS: thebirdielou (gifs).



RACONTEZ NOUS VOTRE MORT :

Ma... Pardon, quoi ? Ma mort, dites-vous ? Mais quelle idée ridicule ! Non, je pense simplement que...

« Oh, tais-toi. Tu fais toujours autant de conneries qu'à l'époque, hein ? C'est pas croyable. Moi qui pensais que tu avais mûri, après tout, tu es bien partie de la maison pour te responsabiliser, non ? Ou bien était-ce simplement pour faire de la peine à papa et maman ? Ça doit être ça. Tu ne te souviens donc pas de ce qui s'est passé. C'est amusant, parce que moi, je m'en souviens très bien. Tu vois, Louve, tu m'avais appelée, paniquée, tu disais que tu voulais me voir d'urgence, que tu avais besoin de moi. Franchement, ça ne m'étonnait pas, je me suis dit que ton espèce de mec t'avait larguée, et que tu te retrouvais perdue, parce que soyons honnêtes, être seule, ça n'a jamais été ton fort. J'ai accepté de te voir. Tu te souviens de ça, au moins ?
- Je ne suis pas devenue amnésique, Jezabel, merci. Je ne suis pas stupide. Arrête un peu de me traiter comme une demeurée, ce n'est pas parce que mademoiselle est en droit que...
- Était, s'il te plaît. Grâce à toi. Et laisse-moi continuer mon histoire, avant de t'emballer comme ça. C'est assez exaspérant, si tu veux mon avis. Non, je ne veux pas le tien, tais-toi, je t'ai dit. Donc, j'ai accepté de te voir, 'faut dire que ça faisait presque deux ans que je n'avais plus vu ta bouille et, crois-le ou non, tu me manquais. Et j'étais inquiète. Je ne pense pas que... comment il s'appelle, déjà ? Ah, oui. Esteban ait pu prendre soin de toi. Il était bien trop occupé à prendre soin de lui-même. J'étais ainsi prête à voler à ton secours, comme toujours, lorsque mademoiselle a décidé d'annuler. Là, je me suis posée des questions. Je t'ai même imaginée séquestrée quelque part, c'est pour te dire à quel point tu m'as fait peur. C'est pour ça que j'ai décidé de venir quand même. Jusque là, tu suis ?
- … Non. Tu n'es pas venue, finalement, si ? Tu n'étais pas là. De toute façon, personne ne t'aurait laissée entrer, tu as bien trop l'air coincée, et tout le monde te déteste, ici.
- Détestait. Si, je suis venue. Et en effet, je devais sans doute paraître pitoyable, au milieu de vous tous, aussi déchirés les uns que les autres. Quel spectacle était-ce ! Et tu étais là, en plein milieu, en train de gigoter. Tu aurais fait une très mauvaise ballerine, au fait, tu n'as aucune grâce. Enfin, ce n'est pas le sujet. J'ai essayé de te dire de rentrer à la maison, encore une fois, et tu m'as ri au nez. Tu t'es dégagée, tu m'as même bousculée au passage, et tu t'es mise à crier. Je ne sais pas pourquoi, franchement, j'étais plutôt gentille envers toi, mais toi, tu es devenue hystérique. Évidemment, ça m'a énervée aussi, alors il est possible que je sois un peu sortie de mes gonds, mais je t'assure que je n'en étais pas à ton point à toi. Ça aurait été difficile, de toute manière : tu tenais à peine debout. Et après... Après...
- T'es sûre que tu étais là ? Si c'est le cas... Peut-être qu'on a mis quelque chose dans nos verres. Ce serait tout à fait le genre de Peter, il aime bien faire des plaisanteries du genre, il se sent puissant. Enfin, 'faut l'excuser, le pauvre garçon a perdu sa mère alors qu'il était tout jeune, ça traumatise, tu sais. Hé, peut-être qu'on partage un rêve, ce serait drôle, non ? Ceci dit, je ne vois pas pourquoi je rêverais de toi... D'ailleurs, m'semble que t'as pris du poids, toi.
- … Et après, tu nous as tuées. Ai-je précisé que ta stupide fête se passait sur un toit ? »

______________________________________________________

Des flashs. Une migraine abominable, comme un lendemain de soirée. C'était probablement le cas. Des rires. Des rires par dizaine, des pas de danse, sa main qui frôle ma hanche. Il est tellement beau. Il me murmure quelque chose à l'oreille, et je le vois s'éloigner, j'aimerais l'arrêter, mais j'en suis incapable. Mon prénom. Chuchoté, crié, je n'en sais rien, mais je l'entends. Une voix parmi le chaos, et je me retourne. Je tangue un peu, elle s'approche, d'un air assuré. Comme toujours, tout le monde semble s'écarter sur son passage. Je n'ai jamais eu sa prestance. Qu'est-ce qu'elle fout là ? Je lui en veux. Je l'insulte, brusquement, et elle fait de même. Elle me tire plus loin, comme si quelqu'un nous écoutait. Je ne sais plus pourquoi on se dispute. Ça faisait si longtemps que je ne l'avais plus vue. J'ai envie de lui caresser les cheveux, comme elle a toujours fait avec moi. Au lieu de ça, je la pousse. Je vois son regard vaciller, sa main s'accroche à mon poignet. Et le vide. Le vide sous mes pieds, je hurle en silence, ses doigts me lâchent, et je tombe, je tombe sans m'arrêter, c'est une chute sans fin, et je crois que je vole, et tout va bien, tout va tellement bien. Retour en arrière. Pause. Elle me cherche des yeux. Elle me traite d'enfant irresponsable. La chute. Sa main sur ma peau. Il rit. Elle lève la main, comme pour me gifler. Je danse, je tourne sur moi-même et le monde tourne avec moi, c'est si beau que je ne veux jamais m'asseoir. J'ai la tête qui tourne. Je lui dis que je l'ai toujours méprisée, avec ses grands airs, elle ne vaut rien de plus que moi, qu'est-ce qu'elle croit ? Je me sers un autre verre. Les invités commencent à affluer, la fête aura lieu sur le toit, on a réussi à ouvrir la porte, je crois qu'il a volé les clés, sûrement, pourquoi pas. Je sais qu'il me trompe, mais je m'en fous, ce n'est pas la première fois. Il s'en va avec une autre fille. Elle crie mon prénom, sa voix qui me rappelle tant de choses. Était-ce elle, avec lui ? Je ne sais plus. Non. Ils se détestent. Non, elle était blonde, et elle lui tenait le bras. Qu'importe. Elle lève la main, comme pour me gifler. Je l'en empêche, et la repousse. Trop fort. Je n'ai pas voulu qu'elle dérape. Je n'ai pas envie de me lever, aujourd'hui, j'ai encore la gueule de bois de la veille, je ne vois pas pourquoi il veut m'y forcer. Je ne pressens rien de bon, en plus, mais ça, il s'en fout, il n'y en a que pour lui, de toute façon. Je crois qu'il va me quitter. Je hurle. Sur lui, sur elle, sur moi-même, sur le vide qui m'entoure, sur le béton qui s'approche à une vitesse folle. Ou peut-être suis-je déjà morte. Elle me tire plus loin. Je l'insulte. Je prends un verre. Je me lève, prends ma douche. Migraine. La terre tourne, tourne, tourne. J'ai le souffle court, ma prochaine prise de sang est pour bientôt. Elle me reproche ma fuite. Des rires, partout, et le mien, surtout. Il me murmure quelque chose à l'oreille. Je n'ai jamais eu sa prestance, je vous l'ai déjà dit ? Et je me retourne. Un. Deux. Trois. Son regard qui vacille. Quatre. Cinq. Six. Sa main qui s'accroche. Sept. Huit. Neuf. Le sol qui se dérobe. Dix onze douze. L'impression de voler, si brève, si intense. Treize. Je ne sais plus. Je ne sais plus, je ne sais plus, je ne sais plus.

QUE PENSEZ-VOUS DU PAYS DES MERVEILLES ACTUEL ? : développez en quelques lignes votre opinion sur le pays des Merveilles et la situation instable dans laquelle il se trouve suite à l'accident d'Alice.

QUEL EST VOTRE ENDROIT PRÉFÉRÉ DANS CE PAYS ? : en quelques lignes votre endroit préféré, parce que ce pays a beau être un cauchemar ambulant, on a tous un endroit pour se reposer et qu'on aime inconsciemment.


∆ Souffre d'anémie hémolytique. Cela signifie qu'elle est rapidement épuisée, qu'elle a fréquemment eu des malaises lorsqu'elle était en vie, et surtout, qu'on la surprotégeait, dans sa famille. ∆ Compte jusqu'à treize avant de faire quoique ce soit d'important. ∆ Excellente joueuse de poker. Elle était souvent envoyée par ses comparses pour récupérer l'argent de l'un ou l'autre mauvais perdant ∆ Ne se souvient pas de sa mort, pour la bonne et simple raison qu'elle avait bu lorsque c'est arrivé, et que, comme à son habitude, elle ne se souvient jamais de rien dans cet état. ∆ Est partie de chez elle dès ses dix-huit ans, s'enfuyant avec le mauvais garçon du coin. ∆ Ne sait ni faire la lessive, ni la vaisselle, ni faire cuire quoique ce soit au four. Les machines semblent se révolter à son approche. ∆ Son plus grand rêve était de devenir danseuse étoile, rêve tué dans l'oeuf par ses parents, qui refusaient qu'elle pratique un quelconque sport. ∆ A besoin de dix, voire onze heures de sommeil pour être en forme. Et encore, si elle peut faire une sieste dans l'après-midi, c'est mieux. ∆ Gardait précieusement sa première poupée, bien qu'elle ait un bras arraché et des cheveux en moins. Quand on aime, on ne compte pas ! ∆ Se met toujours à pleurer dès qu'elle entend une chanson triste, c'est plus fort qu'elle. ∆ A cru au Père Noël jusqu'à onze ans, malgré tout ce qu'on pouvait lui dire. Et lorsqu'elle a finalement surpris ses parents sous le sapin, il lui a fallu un mois pour s'en remettre. ∆ Croyait aux fantômes jusqu'à sa propre mort, et se reportait fréquemment à sa grand-mère décédée quand elle se mettait à douter. ∆ Ne sait pas siffler, ni faire bouger son nez, son oreille, ou tout autre partie étrange de son anatomie. Par contre, son bras droit sait tourner à 360°, chose qui l'amuse tout particulièrement. ∆ A défaut de danse, elle s'est tournée vers la musique, et se débrouille extrêmement bien avec une guitare entre les mains. ∆ La première fois qu'elle a eu ses règles, elle a réveillé toute la maison en hurlant qu'elle était en train de mourir, refusant de dire ce qu'il se passait avant cinq longues minutes. ∆ S'endort dans toutes sortes d'endroits improbables, tels qu'un banc, le sol, son bain, la terrasse ou encore les escaliers, si elle y est assise trop longtemps. ∆ Déteste le son de son rire depuis qu'on lui a dit qu'il ressemblait au couinement d'une souris : elle a horreur des souris. ∆ A toujours eu un mal fou à lire l'heure, avec ces stupides aiguilles... ∆ Se ronge les ongles à sang.



Dernière édition par Louve Prescott le Mar 28 Aoû - 22:53, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 7
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 26/08/2012
→ AVATAR : Julia Johansen
→ CREDITS : Budgerigar
→ LOCALISATION :

MessageSujet: Re: « come on baby, light my fire. » louve   Dim 26 Aoû - 18:44



raconte moi une histoire

Racontez ici l'histoire de votre personnage : sous formes d'anecdotes, de RP, de lettres, de biographie ... Parlez-nous de son passé, de sa vie avant le pays des Merveilles. Nous demandons, au minimum 30 lignes.

hors-jeu

PSEUDO: Eva AGE: 18 ans. COMMENT TROUVES-TU LE FORUM ? J'adore l'univers, et les couleurs sont superbes ♥️ COMMENT L'AS-TU DÉCOUVERT ? bazzart. ACTIVITE: 5/7 CODE DU REGLEMENT: Alice's Madness UN MOT POUR LA FIN ? :15:



Dernière édition par Louve Prescott le Mar 28 Aoû - 22:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

êtes-vous pion ou reine ?

→ AGE IRL : 20
→ MESSAGES : 245
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 14/06/2012
→ AVATAR : Isabelle Fuhrman
→ CREDITS : Whorecrux&Tumblr&Stellaire
→ LOCALISATION : Quelque part où elle peut réfléchir en paix.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Mature - Egocentrique - Sarcastique - Manipulatrice - Solitaire - Têtue - Rusée - Lucide - Lunatique - Franche - Cynique
Inventaire: le Cheval Bâton et l'ombrelle.

MessageSujet: Re: « come on baby, light my fire. » louve   Dim 26 Aoû - 18:45

Bienvenue sur le forum, j'adore ton prénom, original et tout, enfin j'adore.

Amuse-toi bien du côté des fous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien accepter

→ AGE IRL : 22
→ MESSAGES : 861
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 02/10/2011
→ AVATAR : emily browning
→ CREDITS : ginger's spleen
→ LOCALISATION : bonne question
WHERE IS MY MIND ?


FEUILLE DE ROUTE
Caractère: timide, intelligente, discrète, fragile, peu bavarde, triste, tenace, appliquée, douce-amère, délicate, dévouée, minutieuse, juste, acerbe, sensible, vigilante, ignorante, docile, introvertie, candide
Inventaire: l'ombrelle et l'éventail métallique

MessageSujet: Re: « come on baby, light my fire. » louve   Dim 26 Aoû - 18:51

Bienvenue chez les fous ! :shuffelin: J'aime beaucoup ton pseudo. I love you Je te remercie pour ton inscription et tu si tu as une question, n'hésite pas. :cara: