AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé.
Pour en savoir plus, c'est ici

Partagez | 
 

 INTRIGUE - les baleines enrobées (selda et ombre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

je suis en enfer !

→ MESSAGES : 40
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 24/06/2012
→ AVATAR : Skye Stracke
→ CREDITS : avatar apokalypto ;; signature sunshine
→ LOCALISATION : partout, nulle part.

FEUILLE DE ROUTE
Caractère:
Inventaire: théière canon

MessageSujet: INTRIGUE - les baleines enrobées (selda et ombre)   Ven 24 Aoû - 0:30

selda ◮ ombre
Vous commencez par la fin ! Oui, les gens polis quand ils rendent visite disent à leur hôte : "votre santé est bonne, bonne, bonne. Votre santé est bonne"; et puis vous serrent la main. Voilà la politesse !
Dee et Dum. Enfants boules, aussi effrayants qu'attachants. Représentation parfaite du pays où nous nous retrouvons séquestrés; morbide et merveilleux, chaleureux et affolant, attirant, ravissant, effroyable, pétrifiant. Nous habitons dans un paradoxe, le même que nous retrouvons chez ses habitants. Au nombre de deux, les Tweedle étaient deux fois plus étranges, et face à eux notre nouveau chez nous paraissait presque normal. Les champignons géants, le trou par lequel nous avons débarqué, le bateau fantôme – soyons honnêtes, on en est moins surpris que face à ces jumeaux, que face à ces boules de pétanque aussi étranges qu'effrayantes. Qui parlent en même temps et manquent d'exploser de rire en tout moment tragique. Ils chantent les bons et les mauvais moments, ils dansent pour des morts comme s'ils étaient vivants. Et dire que je ne sais même plus comment je me suis retrouvée devant eux. J'allais, je venais. Il faut dire qu'au pays des Merveilles, on fait plus attention à ne croiser aucun être potentiellement dangereux qu'à où on va. Où qu'on aille on restera coincés ici. On ne revivra jamais, on ne s'échappera jamais. Il n'y a aucune échelle pour remonter le terrier du lapin. Aucun portoloin pour retourner à Londres ou Paris ou Dublin. Rien, du tout. On est venus sans rien, en étant rien, et on restera rien. Comment voulez-vous être quelque chose ici, de toute manière ? Tout y est follement déluré – peut-être le suis-je déjà moi-même. Mais on ne pourra jamais être rien de plus qu'une proie à monstres, une proie à la folie et à tout ce que vous voulez. Même en faisant des efforts. C'est pas parce que t'as une plume au cul que t'es un coq. Et donc j'étais là et j'étais rien, mais j'étais avec d'autres rien. Des connus, des inconnus. Tous différents mais semblables par le fait que nous étions morts. Brûlés, pendus, accidentés, battus, j'en sais rien, mais on était tous crevés jusqu'à la moelle. Et on était là, face au récit saugrenu de ces deux bouboules. On écoutait Dee et Dum parler d'huîtres, et plus ils parlaient plus ça m'amusait. Leur esprit déluré, leur quête étrange, tout ça. Et puis, c'est toujours mieux que de rester seule dans son coin à s'ennuyer à mourir – haha. Ça permettra de faire des rencontres, peut-être des amis, et de s'occuper quelques temps. Je m'asseyais à terre avant la fin de leur récit. Ils eurent vite fait de nous diviser en quatre équipes, quatre duos de parfaits inconnus qui vont devoir apprendre à se connaître et s'entendre durant cette mission. Et c'est ainsi que je me retrouvais avec une grande blonde dont j'ignorais jusqu'au prénom, et je savais pas si finalement je devais avoir peur ou pas. Je me retrouvais à devoir faire équipe avec cette fille, et nous nous levions pour partir chacun de notre côté. Nous avions un indice, un lieu à trouver. La Fabrique de Thé. Je me levais, m'étirais et nous partions vers le domaine du chapelier. Je jetais de réguliers coups d'œil à ma co-équipière, peut-être pas aussi discrètement que je l'aurais voulu. Le silence se faisait rapidement pesant, mais il faut dire que ça n'est pas habituel de partir en vadrouille avec le premier ou la première venu(e). je m'arrêtais à l'entrée de la fabrique, faisais face à la grande blonde. Je dis : Bon, on y est. Nouveau silence. Je tournais ma tête pour regarder la bâtisse dressée dans mon dos, mais reportais mon attention sur ma partenaire du jour. Quitte à se faire la discussion autant être face l'une à l'autre. Ce qui, pensons-y, présente d'autres avantages, comme celui d'être prévenues en cas d'attaques. Peu importe d'où l'ennemi survient, excepté du beau milieu du ciel, nous gardons l'œil dans le dos l'une de l'autre et pouvons nous protéger sans même y avoir pensé. Intelligent, hein ! Ouais, je trouve aussi. Mais oubliant bien vite cette technique de protection, je me tournais vers le lieu de nos recherches. Qu'iraient faire de pauvres huîtres dans une fabrique de thé ? Prendre un bain chaud, peut-être. Qui sait.
Je n'étais encore jamais venue à la fabrique, bien que j'affectionne le domaine du Chapelier. Je n'avais jamais vraiment pris le temps de visiter, découvrir – et avouons que s'aventurer au fin-fond du pays des Merveilles, dans des lieux encore inconnus n'est pas la meilleure idée quand on est seul. Encore moins quand on est seule. La porte sa poussait facilement et l'odeur enivrante du thé s'attaquait déjà à nos narines. Mon dieu, ne vous étonnez pas que tous le pays soit dingue de cette boisson, rien que son parfum rend dépendant. Je sortais, au cas où, ma théière et avançais prudemment. Où est-on encore allés de fourrer en acceptant de mener l'enquête ? Vraiment, quelle idée saugrenue qu'une chasse à l'huître. Surtout pour des.. des quoi, déjà ? Les baleines enrobées... on doit le prendre mal tu crois ? J'aurais volontiers balancé un champignon ou un caillou ou une limace ou une huître à la gueule des Tweedle. Baleines enrobées, ils se sont vus ? Je dis : au fait, j'ai oublié de me présenter : je m'appelle Ombre. J'adressais un sourire rapide à ma coéquipière, baissant toute garde. C'est bon, on est au pays des Merveilles après tout. Que pourrait-il nous arriver dans une fabrique de thé ? Je rangeais mon arme et m'émerveillais plutôt de tout ce qui nous entourait.
Dans le pire des cas, nous étions déjà mortes et bien mortes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je suis en enfer !

→ AGE IRL : 23
→ MESSAGES : 28
→ ARRIVÉ AU PAYS LE : 27/06/2012
→ AVATAR : Evanna Lynch
→ CREDITS : ©FAE
→ LOCALISATION : Vallée des Larmes
« You are as sane as I am »

FEUILLE DE ROUTE
Caractère: Lunatique - Imprévisible - Versatile - Incohérente - Saugrenue - Douce - Violente - Intelligente - Fascinée - Psychotique - Absente
Inventaire: L'ombrelle et l'éventail métallique

MessageSujet: Re: INTRIGUE - les baleines enrobées (selda et ombre)   Lun 27 Aoû - 19:34

Comment j'étais arrivée là, ça je n'aurais sus le dire, encore moins l'expliquer. Mes prunelles bleues et vitreuses exploraient le vide qui leur faisait face, alors que j'écoutais les sans vraiment le faire les paroles qui m'étaient destinées. Être là, en compagnie d'autres personnes, était plutôt étrange. Depuis mon arrivée ici, jamais je ne suis allée vers quelqu'un. Les autres, les habitants de ce monde, n'étaient pour moi que des astres passagers, qui ne faisaient que tôt de disparaître de mes pensées. En aucun cas le besoin de parler ne se ressentait chez moi, en aucun cas je ne m'approchais de ces êtres. Il n'y avait là aucune utilité. Expliquer pourquoi je me retrouvais face aux jumeaux Tweedle, en compagnie de quelques autres habitants du pays, devenait donc impossible. Mes souvenirs ne m'en disaient rien non plus. J'étais là, et semblait-il allais-je devoir participer à cette chasse aux huîtres - chose dont je ne comprenais aucunement l'utilité. Je ne semblais gère écouter ce que l'on me disait, ce qui s'avérait être la simple et pure réalité. Absente, enfouie à travers mes vagues pensées, les mots des jumeaux traversaient mon esprit subtilement, mélangé au flot d'idées qui y voguait. Chaque rire, chaque élévation de voix des Tweedle me transperçaient toutefois le crâne, provoquant un long frisson à travers mon corps tout entier. Habituée de la vallée des larmes, silencieuse et sans vie, ce genre d'action me perturbait. Toutefois, je restais passive, sans expression, à l'instar peut-être de mes yeux, qui s'élargissaient à chaque sons dérangeants.
C'est avec une jeune femme, qui devait partager mon âge, que je me retrouvai pour cette recherche. Celle-ci semblait bien dynamique, comparativement à moi. Assise, je regardais le sol intensément, tandis que ma coéquipière se levait. Semblait-il que j'allais devoir faire de même. Déjà mon envie de me lever était faible, savoir que , toutes deux, nous devions nous rendre à la Fabrique de thé m'enlevaient encore plus du peu de volonté que je pouvais avoir. Jamais je ne m'y étais rendue, et jamais je n'avais eu l'intention de m'y rendre. Cet endroit regorgeait de beaucoup trop d'odeurs pour que je m'y plaise. Je n'avais, semblait-il, pas le choix. Me levant, suivant le pas de ma coéquipière, je me retrouvais légèrement à l'écart, observant le décors qui se dessinait sur notre chemin. Le pas lent, les yeux à la fois émerveillés et vides, tout semblait me fasciner ici, bien que je l'avais vu des centaines de fois. Pour un instant, j'oubliai où nous nous dirigions, et même pourquoi je suivais cette jeune femme. Je fis malgré tout tôt de m'en souvenir. Nous étions assez loin de la Fabrique, mais l'odeur me frappa intensément, tellement que j'offris pour la première fois un regard à ma coéquipière, comme si j'avais une question à lui demander. Apparemment, elle ne sentait pas encore l'odeur, elle. Même arrivée face à l'entrée de la fabrique, elle semblait ne pas le sentir. Lui jetant un regard interrogatif, je clignai à maintes reprises mes yeux, pour finalement tourner la tête.

Pourquoi cherchions-nous des huîtres ici ? La rivière aurait été bien plus logique, et surtout bien plus agréable. Les pieds trainants mais silencieux, j'avançai lentement dans la Fabrique lorsque l'autre blonde le fit. Le thé en sois ne me dégoutait pas, son odeur non plus. J'aimais bien boire ou sentir du thé, je dois l'avouer. Ce qui me dérangeait, de cette Fabrique n'était pas l'odeur du thé, mais bien l'odeur de toutes les sortes de thé. Il y en avait tellement, je ne savais plus où donner de la tête. D'une effluve à l'autre, un pas devant l'autre, l'odeur changeait, attirant mon attention. Rares étaient les fois où mon esprit était aussi stimulé, mais sensible à l'odeur tel que je l'étais, je ne pouvais échapper à ça. Calme, sans expression - ne démontrant donc pas ma sensibilité aux odeurs - je visitai l'endroit, observant certains endroits précis au ralenti. Ma coéquipière parlait, sans que je ne lui réponde. Lorsqu'elle annonça son nom, un silence s'en suivit, tandis que j'effleurais un pan de mur du bout des doigts.
    « Je ne comprends pas pourquoi... » Je marquai une pause, avant de recommencer. « on m'a toujours appelé Eirys mais... mon vrai nom est Selda... »
Dit tel un monologue, dit comme si ce n'était qu'une idée qui me passait par la tête, je n’attendais aucune réponse de la part d'Ombre. Il s'agissait pourtant d'une réponse aux présentations de mon interlocutrice, sans même que je n'y ai pensé. Un mécanisme interne peut-être, quelque chose que l'on peut appeler un réflexe naturel, j'en sais rien. J'avais répondu sans lui répondre directement, voilà tout ce qu'il y avait à y comprendre.
Observant quelques endroits précis et inhabituels, tel que le coin d'une armoire, j'effleurai le tout de doigts. Je ne cherchais pas à trouver les huîtres, mais bien à découvrir l'endroit et ignorer les effluves herbales...
[HRP : Désolé du temps de réponse vraiment, je ferai plus vite à l'avenir !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

INTRIGUE - les baleines enrobées (selda et ombre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT HAVE YOU DONE ALICE ? :: LE PAYS DES MERVEILLES :: Domaine du Chapelier Fou :: La fabrique de thé-